Dynamique paysagère et de biodiversité des aires protégées du littoral ivoirien : exemple des parcs nationaux du Banco et des îles Ehotilé (sud-est de la Côte d'Ivoire)

par Nakouma Sako

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Gérard Beltrando et de Lazare Atta Koffi.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .


  • Résumé

    En Côte d'Ivoire, la déforestation est un problème ancien qui menace les massifs forestiers, notamment ceux des aires protégées. Dans la zone littorale, l'urbanisation rapide, la croissance démographique rapide, le développement économique et industriel, notamment à Abidjan ont provoqué une déforestation rapide des écosystèmes forestiers. Cette destruction des milieux naturels met en première ligne les Parcs Nationaux et Réserves (PNR) dans la politique de lutte contre la déforestation menée par les pouvoirs publics sur le territoire national, particulièrement dans la zone littorale. Cette étude s'intéresse aux parcs nationaux du Banco et des îles Ehotilé, situés dans la zone côtière ivoirienne. D'un côté, le Parc National du Banco (PNB) se localise à la périphérie d'Abidjan et se trouve ceinturé par les différents quartiers de sa banlieue. L'urbanisation et les pollutions provoquées par les activités humaines constituent les principales menaces qui provoquent sa dégradation. De l'autre côté, le Parc National des îles Ehotilé (PNIE) se situe dans une zone rurale du département d'Adiaké à l'embouchure de la lagune Aby dans l'océan atlantique. Cette région se caractérise par un paysage dominé par les plantations agro-industrielles, notamment le palmier à huile, les cocoteraies et l'hévéa. Cette situation amoindrit les terres à la portée des petits paysans et intensifie la compétition foncière. Afin d'étudier la dynamique du couvert végétal des deux parcs nationaux, les données utilisées sont issues des images satellites Spot et Landsat, des photographies aériennes et de nos propres observations de terrain menées en 2008 et 2009. Ces observations sont mises à profit décrire d'une part des échantillons de végétation préalablement sélectionnés et pour dresser d'autre part un inventaire sélectif de la flore des parcs nationaux. Des enquêtes et des interviews sont également réalisées auprès d'un échantillon de 300 habitants dans les villages riverains afin de recueillir d'une part leur perception et de comprendre d'autre part leurs pratiques quotidiennes vis-à-vis des ressources forestières du PNB et du PNIE. Les résultats des études montrent que les dynamiques paysagères diffèrent dans les parcs nationaux du Banco et des Iles Ehotilé. En effet, entre 1986 et 2007, dans le Parc National des Iles Ehotilé (PNIE), l'évolution de la végétation est marquée par une diminution de la forêt dense de terre ferme de près de 49% tandis que les surfaces couvertes par les mosaïques de culture et de forêt ont connu une augmentation de 156%. Par ailleurs, les relevés floristiques effectués dans 123 parcelles du PNIE ont permis d'inventorier 197 espèces végétales répartis entre 64 familles et 156 genres. Dans le parc du Banco, contrairement aux îles Ehotilé, les surfaces forestières ont connues une croissance importante entre 1992 et 2002 où les forêts denses à canopée fermée ont connues une augmentation de 115%. Les relevés floristiques ont permis de recenser 233 espèces végétales réparties entre 73 familles et 191 genres. Dans le PNB comme le PNIE, la flore et la végétation sont menacées par les activités humaines, notamment l'exploitation du bois pour les besoins domestiques et l'agriculture.

  • Titre traduit

    Landscape dynamics and biodiversity in coastal protected areas of Côte d'Ivoire : the example of Banco National Parks and Ehotile Islands (south-eastern Côte d'Ivoire)


  • Résumé

    In Côte d'Ivoire, deforestation is an old problem that threatens forests, especially protected areas. In the coastal zone, rapid urbanization, rapid population growths, the economic and industrial development, particularly in Abidjan, have caused rapid deforestation. Destruction of natural environments is at the forefront of the National Parks and Reserves (PNR) policy against deforestation carried out by the government on the national territory, particularly in the littoral zone. This study focuses on national parks and Banco Ehotilé Islands, located in the Ivorian coastal zone. On the one hand, the Banco National Park is located on the outskirts of Abidjan, and it is surrounded by the various districts of the suburbs. Urbanization and pollution caused by human activities are the main threats that cause degradation. On the other side, the National Park of Ehotile Islands is located in a rural area of the Department of Adiake at the mouth of the Aby lagoon in the Atlantic Ocean. This region is characterized by a landscape dominated by agro-industrial plantations, especially oil palm, coconut graves and rubber. This reduces the land within the reach of small farmers and intensifies competition for land. The data used to study the dynamics of the vegetation cover both parks derived from Spot and Landsat satellite images, aerial photographs and our own field observations conducted in 2008 and 2009. These observations are written with the purpose of describing previous samples of vegetation and the other to draw a selective inventory of the flora in national parks. Surveys and interviews are conducted with a sample of 300 residents in the surrounding villages to gather their perceptions on the one hand, and understanding on the other hand their daily practices vis-à-vis forest resources of GNP and the PNIE. Study results show that landscape dynamics differ in the National Parks and Banco Ehotile Islands. Indeed, between 1986 and 2007, in the National Park of Ehotile Islands, the evolution of the vegetation was characterized by a decrease in the dense forest of land for about 49%, while the area covered by the mosaics culture and forest have increased by 156%. In addition, floristic surveys carried out in 123 plots of PNIE helped identify 197 plant species distributed among 64 families and 156 genera. In the park of Banco, unlike Ehotile islands, forest areas have experienced significant growth between 1992 and 2002 where dense closed canopy forests have increased by 115%. The floristic surveys have identified 233 plant species distributed among 73 families and 191 genera. In PNB as PNIE, flora and vegetation are being threatened by human activities including logging for domestic and agriculture.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (290 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 400 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 076

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13053
  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3606
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.