Une migration entre consécration et disqualification sociales : relations franco-congolaises (Congo-Brazzaville) et trajectoires des migrants pour études en France(1960-2005)

par Jean-Yves Blum Le Coat

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Catherine Quiminal.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les transformations des trajectoires migratoires d'étudiants et stagiaires originaires du Congo-Brazzaville venus suivre une formation en France, en les replaçant dans le cadre de l'évolution des relations franco-congolaises, et en particulier des dispositifs mis en place par les deux Etats pour organiser cette migration, entre 1960 et 2005. Basée sur des recherches menées en France et à Brazzaville— entretiens biographiques, traitement d'un corpus documentaire — elle analyse les changements dans les politiques bilatérales de formation des futurs cadres congolais, les politiques d'immigration françaises, la situation économique et politique congolaise, et leurs effets sur cette migration. Elle montre que la fin des années 1980 marque un tournant : les migrants congolais pour études sont conduits à modifier leur projets et trajectoires migratoires vers une installation durable en France pour une partie d'entre eux, à modifier leurs représentations de cette migration et le sens qu'ils lui donnent, à reconstruire une identité sociale menacée par ces transformations en France et au Congo. Dans ce contexte, cette migration passe du statut de rite de consécration sociale à sa disqualification comme socle d'une trajectoire d'accès aux positions dominantes au Congo-Brazzaville. En conséquence, les migrants pour études, d'abord acteurs de l'hégémonie française au Congo et destinés à y occuper des positions d'encadrement et de direction dans l'appareil d'Etat, en viennent à adopter une position plus critique vis-à-vis des Etats congolais et français.


  • Résumé

    This thesis focuses on the transformations of migratory trajectories of students and trainees from Congo-Brazzaville came to follow a training course in France, by replacing them in the context of the evolution of the French-Congolese relations, and in particular the framework set up by both states to organize this migration, between 1960 and 2005. Based on investigations led in France and Brazzaville - biographical interviews, treatment of a documentary corpus - it analyzes the changes in the bilateral policies of the training of future executives Congolese leaders, the French immigration policies, the Congolese economic and political situation, and their effects on this migration. The thesis shows that the late 1980s marks a turning point: the Congolese students and trainees are driven to change their projects and migratory paths in the sense of a long-lasting settlement in France for a part of them, to modify their representations of this migration and the meaning they give, and to rebuild a social identity threatened by the transformations in France and in Congo. In this context, this migration goes from a status of rite of social consecration to social disqualification as base of a trajectory of access to dominant positions in Congo-Brazzaville. As a result, these migrants, at first actors of the French hegemony in Congo and intended to occupy state management and leadership positions there, come to adopt a more critical position towards the Congolese and French States.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([791] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 455 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 066

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12930
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.