The "bend back" : modernity, sensation, and vision in Bowen, Rhys, Woolf, and Lehmann

par Lauren Elkin

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Jane Marcus et de Catherine Bernard.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette étude prend comme point de départ l'idée que les changements survenus après la Première guerre mondiale dans le rôle social des femmes ont coïncidé avec, voire même facilité, des changements dans l'écriture des femmes auteures de l'époque. On peut en effet constater que des mutations sociales (d'ordre social) ont entraîné des mutations littéraires (d'ordre litttéraire). Pour autant, ces évolutions n'ont pas simplement fait advenir un sentiment de liberté chez les femmes. Au contraire, ces écrivaines mettent en oeuvre un paradoxe constant entre liberté et contrainte, permissivité et décorum, que l'on retrouve dans leurs textes sur un plan formel, thématique et affectif. Inscrits dans la période dite "late modem", les romans que j'examine témoignent du fait qu'il faut être sensible aux attentes qui pèsent sur soi afin de se montrer à la hauteur [rise to the occasion}, ainsi qu' Elizabeth Bowen décrit le défi central de la vie moderne. L'expérience féminine décrite par ces textes est une série d'attentes, de jugements et de questionnements nécessitant un développement supérieur des sens. La fonction essentielle de la perception, selon Merleau-Ponty, est de "fonder ou inaugurer la connaissance" (3). En étudiant des textes d'Elizabeth Bowen, Jean Rhys, Virginia Woolf et Rosamond Lehmann, je souhaite montrer que les sens deviennent un outil qui permet d'évoluer au sein de ce contexte social en mutation perpétuelle. Chaque chapitre se concentre sur la façon dont ces auteures articulent des tensions entre le soi et la société en mobilisant des sens physiques ainsi que psychologiques. Le retour en arrière— the bend back—constitue l'une de leurs stratégies majeures : plutôt que de procéder de manière téléologique, leurs textes se retournent vers le passé, afin de comprendre son effet sur le présent et d'ainsi saisir le sens de leur propre inscription dans un moment historique.


  • Résumé

    In this study, I take as my point of departure the idea that the shifts in women's social roles which occurred after the Great War and throughout the 1920s coincided with, and indeed made possible, formal shifts in women's writing. A change in social perspective occasions a change in literary perspective. However, these shifts did not result in an unhinged feeling of freedom and liberation for women. On the contrary, these writers attest to a double bind of propriety and permissiveness, of freedom and constraint, that comes through in their texts on a formal, the-matic, and affective level. The late modernist novels I examine testify to the fact that in order to "rise to the occasion," as Elizabeth Bowen describes the central challenge of modem life, one must be attuned to what is expected of one, to how one is viewed, to how one is judged, to how one feels, how one is to love, how one is to live. The essential fonction of perception, according to Merleau-Ponty, is "to lay the foundations of, or inaugurale, knowledge" (19). Through read-ings of the work of Elizabeth Bowen, Jean Rhys, Rosamond Lehmann and Virginia Woolf, I argue that the senses become a tool for understanding how to navigate this constantly shifting social context. Each chapter concentrates on a way in which the authors considered articulate the tensions between the self and society through an attentive activation of the physical as well as knowledge-based senses. A major narrative strategy adopted by these writers, I will argue, is the bend back-- ramer than proceeding teleologically, their texts bend backward in a therapeutic attempt to revalue the present, or to understand how it came to be so, in a larger attempt to make sense of their moment and their role within it.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (VI-[1]-316 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 153 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 044

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12781
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.