L'évolution de l'énergie utilisable et les changements climatiques : une étude interdisciplinaire

par Michaël Achilli

Thèse de doctorat en Épistémologie et histoire des sciences

Sous la direction de Claude Debru.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette étude interdisciplinaire vise premièrement à éclaircir les liens entre le système énergétique et les changements climatiques. Une double impasse devient alors visible : la production alimentaire n'est pas assurée, et l'épuisement du patrimoine énergétique est imminent. De plus, les gaz à effet de serre continuellement rejetés dans l'atmosphère mènent à un dérèglement climatique global, lequel est peut-être trop rapide pour que les populations humaines et les écosystèmes aient le temps de s'adapter. Par ailleurs, sur le plan temporel, plusieurs effets d'inertie (humains et environnementaux) se combinent de telle sorte que les travers de la situation vont perdurer plusieurs décennies. L'étude des linéaments de cette situation fait apparaître l'importance de la notion de croissance, liée à la volonté chrématistique, et dont l'aboutissement est la tendance récente à la financiarisation de l'économie. Avec l'action du marketing, la production industrielle se replie progressivement sur la création de besoin, menant à l'avènement de la société clé consommation. Dans son aspect culturel, l'homme consumériste participe alors au dévorement des ressources naturelles, mais se retrouve psychologiquement fragmenté. En étudiant les réflexions « alternatives » s'élevant contre le consumérisme, nous présentons trois origines complémentaires de l'idée de décroissance. Cependant, la radicalité de ces discours semble empêcher cette notion de réaliser ce que le développement durable n'a pu faire : réorienter rapidement le système industriel. Les catégories arendtiennes de travail et Pauvre nous permettent alors d'exprimer l'un des principaux résultats de ce travail : le cœur du problème réside dans l'incompatibilité temporelle entre la consommation et la production, la première étant circulaire, potentiellement infinie, tandis que la seconde est linéaire, contrainte par sa finitude. Pour ne pas rester sur une constatation pessimiste, nous entreprendrons en guise de longue ouverture d'imaginer une notion, la régénérabilité, fondée sur les flux d'utilisation potentiels des ressources renouvelables. Cette notion pose en réalité les bases d'une réflexion qui devra être poursuivie dans le cadre de la philosophie politique et morale.

  • Titre traduit

    Free Energy evolution and Climate changes : an interdisciplinary study


  • Résumé

    This interdisciplinary study aims, firstly, to throw light on the relationship between energy networks and climatic change. From there, we meet with two major issues: food production is not assured, and the exhausting of our inherited resources is imminent. Moreover, greenhouse gasses continually released into the atmosphere are leading to a global climatic disturbance that is perhaps too rapid to allow for ecosystems and the human population to adapt. In any case, regarding time-scale, several inertial effects (human and environmental) combine such that mistakes and mismanagement will persist for several decades. Our study of the distinct characteristics of this situation illustrates the importance of the notion of growth, linked to profit-making, whose culmination is the recent tendency toward the financialization of the economy. With the action of marketing, industrial production falls back progressive!}7 on the creation of needs, leading to the rise of a consumerist Society. The consumerist, in his cultural aspect, participates in the total depletion of natural resources, yet finds himself psychologically fragmented. By studying "alternative" positions against consumerism, we present three complementary starting-points for an idea of decrease. However, the radicalism of these discourses seems to impede the notion of decrease from bringing about what sustainable development has been unable to do: quickly reorient the industrial System. The categories of labor and work, formulated by Hannah Arendt, allow us to express one of the principle results of this thesis: the heart of the problem resides in the temporal incompatibility between consummation and production, the first being circular and potentially infinite, while the second is linear and constrained by its finitude. Of practical economic applications are suggested, and we emphasize the methodological novelty of our reasoning, characterizing it as "transdisciplinarity". In order not to rest solely upon a pessimistic dissent, we will undertake to imagine a notion, regenerability, founded on the potential flux of renewable resource utilization. This notion provides us with the basis for considerations that will have to be pursued in the Framework of political and moral philosophy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (393 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 339 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 014

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12695
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.