The concept of interaction : crossovers among biology, logic and philosophy

par Giulia Frezza

Thèse de doctorat en Epistémologie et histoire des sciences

Sous la direction de Claude Debru, Giuseppe Longo et de Vito Michele Abrusci.

Soutenue en 2011

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Le concept d'interaction : croisements entre biologie, logique et philosophie


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Mon travail propose l'histoire épistémologique du concept d'interaction, que j'ai appelée son "hidden epistemological exaptation", à partir des domaines de la physique (complementarity principle) et de la psychologie (Gestalttheorie) en arrivant à la biologie contemporaine. Ma thèse est que, de ce point de vue, l'interaction est un processus doté d'une polarité. Il a un coté positif, du point de vue de l'action coordonnée entre deux dynamiques ou processus, mais, d'autre part, il a un coté négatif, en tant qu’inter-férence (littéralement: inter-fero en Latin, amener) qui résulte de la co-constitution dans le développement du processus même. Deuxièmement, je propose une comparaison entre ces analyses sur l'interaction et celles qui ont été achevées par l'approche géométrique de Jean-Yves Girard en logique linéaire et en Géométrie de l'Interaction (GdI) qui portent notamment à considérer le lien étroit entre l'interaction et la dualité en logique. L'analyse de l'usage et de la diffusion du ternie "interaction" dans les différents domaines montre une croissance intensive et extensive, notamment dans les 40 dernières années. J'en conclus que le concept d'interaction constitue une "rupture épistémologique" qui met en lumière un cadre épistémologique très expressif pour décrire les être vivants d'un point de vue théorique.


  • Résumé

    My work discusses a possible epistemological history of the concept of interaction, which outlines what I name its hidden epistemological exaptation, from the domain of physics (complementarity principle) and psychology (Gestalttheorie) to its recent developments in biology. I advocate that, from this point of view, the interaction results a process due of a polarity. It has a "positive pole", being the coordinated action between two dynamics, or processes. At the same time it has a "negative pole" being an inter-ference (literally: inter-fero from Latin, to bear), in the sense of a result of the co-constitution in the development of the actual process. Moreover I stress a parallel between the discussed investigations about interaction and those achieved by Girard's geometric approach in linear logic and "Geometry of Interaction" (Gol). I especially point out the link between the notion of interaction and that of duality in logic. The analysis of the use and diffusion of the term "interaction" in various scientifïc disciplines shows an intense and extensive growth especially within the last forty years. I propose that we are assisting to a proper epistemological breaking which indicates that the concept of interaction has become now a precious epistemological framework for describing living phenomena from a theoretical point of view.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (353 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 329-345. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2011) 008

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12652
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.