Influence des conditions trophiques sur le développement larvaire de l'espèce invasive Crepidula fornicata : conséquences sur ses capacités de dispersion

par Fanny Leroy

Thèse de doctorat en Océanographie biologique

Sous la direction de Thierry Comtet et de Pascal Riera.

Soutenue en 2011

à Paris 6 .


  • Résumé

    Les introductions d’espèces exotiques constituent l’une des causes majeures d’altération des écosystèmes marins côtiers. La phase larvaire pélagique des invertébrés à cycle bentho-pélagique joue un rôle majeur à toutes les étapes du processus d'introduction et peut contribuer au succès ou à l'échec d'une introduction. L'étude des mécanismes modulant les traits d'histoire de vie larvaires est donc primordiale pour la compréhension des processus d'introduction. L'objectif général de mon travail de thèse est de déterminer quelle est l'influence de la disponibilité en nourriture (en termes de quantité et de qualité) sur les capacités de développement des larves de Crepidula fornicata, gastéropode emblématique des introductions biologiques sur les côtes européennes. Cette problématique est complexe car dans son aire d’introduction, C. Fornicata présente une période de reproduction longue (de février à novembre) qui implique (1) que l’investissement maternel pour la descendance peut varier tout au long de cette période et (2) que les larves émises se trouvent en présence de sources de nourriture variables. Les résultats obtenus ont mis en évidence, grâce au traçage isotopique enrichi (13C), que les embryons encapsulés dépendaient majoritairement de l’investissement maternel pour leur développement. L'étude de la composition en acides gras (source énergétique essentielle pour les descendants et biomarqueurs de la qualité) des femelles, des embryons et des larves a mis en évidence une meilleure qualité des femelles et des embryons en milieu de période de reproduction. L'étude de la nutrition larvaire, à l’aide du double marquage isotopique (13C, 15N) et d'expériences de broutage sur des communautés planctoniques naturelles, a montré que les larves de C. Fornicata (1) utilisent préférentiellement le nanoplancton (dont les diatomées), et (2) ont la capacité de se nourrir à partir du compartiment bactérien. Ces résultats, combinés aux données de suivi in situ et aux résultats issus de l'utilisation des biomarqueurs lipidiques, témoignent de la capacité des larves de C. Fornicata à se nourrir sur une large gamme de sources nutritives, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Il est proposé que ces capacités trophiques aient contribué à favoriser l’expansion de cette espèce sur les côtes européennes.

  • Titre traduit

    Influence of trophic conditions on larval development of the invasive species Crepidula fornicata : consequences on its dispersal capacity


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (210 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 192-210

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris6 2011 521
  • Bibliothèque : Station biologique. Service de documentation scientifique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M-301112001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.