Maitrise des processus optoélectroniques d'architectures moléculaires π-conjuguées : auto-assemblages et sonde locale

par Amandine Bocheux

Thèse de doctorat en Physique et Chimie des Matériaux

Sous la direction de André-Jean Attias.

Soutenue en 2011

à Paris 6 .

  • Titre traduit

    Control of the optoelectronic properties of π-conjugated architectures : self-assembly and local probal


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail de thèse porte sur l’étude des limites physiques requises pour la conception d’une diode organique électroluminescente à l’échelle la plus réduite qui soit, celle d’un faible nombre d’atomes. Nous avons travaillé avec plusieurs systèmes moléculaires organiques π-conjugués afin de déterminer les critères essentiels que doit remplir une molécule pour pouvoir être utilisée comme telle. Dans ce cadre, le Microscope à Effet Tunnel s’avère être un outil particulièrement adapté pour étudier l’auto-assemblage de tous ces systèmes sur une surface ainsi que pour positionner avec une haute précision les électrodes constituées par la pointe et le substrat conducteurs. L’organisation sur graphite de tectons tridimensionnels à pilier central paracyclophane a tout d’abord été étudiée. Ils présentent, au sein d’une même entité moléculaire, l’ensemble des fonctions requises pour obtenir une émission : celles d’organisation structurée par les interactions avec le substrat et celles d’opto-électronique. Le passage à un substrat d’or, mieux adapté pour l’exaltation par les plasmons, a ensuite été examiné. Une autre stratégie quant à l’organisation des molécules reposant sur une modification de leur nature et de leur longueur a été choisie avec l’usage d’oligophénylènes et de poly(3-alkylthiophènes). Leur stabilité, qui constitue le paramètre clef pour l’émission de photons sous pointe, a demandé à être améliorée sur ce même substrat et a motivé le développement d’une troisième architecture afin de consolider l’ensemble de l’édifice moléculaire. Des thiols chimisorbés ont été déposés sur or et des polymères fluorescents s’y sont superposés par création d’une liaison électrostatique. L’obtention d’une émission localisée avec un tel système conclue ce travail qui souligne que le principal obstacle à la réalisation d’une diode de taille minimale sera la stabilité structurale de ses constituants moléculaires

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([220] p.)
  • Annexes : Notes bibliogr. 214 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2011 454
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.