Rôle de l'endothélium vasculaire dans les paludismes sévères

par Nadine N'Dilimabaka

Thèse de doctorat en Parasitologie

Sous la direction de Dominique Mazier.

Soutenue en 2011

à Paris 6 .


  • Résumé

    Le paludisme est la maladie parasitaire la plus mortelle avec environ 781000 morts en 2009. Ces morts sont essentiellement dus aux formes sévères de la maladie qui touchent des organes vitaux tels que le poumon et le cerveau. Mais il existe aussi des formes asymptomatiques et simples. Cependant, les causes de l'apparition d'une forme de paludisme plutôt qu'une autre ne sont toujours pas connues. Dans l'organisme le parasite infecte les hématies et est en contact avec les endothéliums vasculaires des différents organes cibles. Donc nous pensons que les différentes formes de paludisme peuvent être dues à des interactions différentes entre le parasite et ses organes cibles. C'est pourquoi nous avons comparé différents mécanismes induits par plusieurs souches parasitaires provenant de patients atteints de paludisme asymptomatique à grave sur endothéliums vasculaires, pulmonaire (EP) et cérébrale (EC), humains. Ceci dans le but de savoir si ces endothéliums jouent un rôle dans l'apparition des paludismes sévères. Nos résultats montrent que c'est le cas. D'abord, nous avons remarqué que les hématies parasitées adhèrent massivement sur l'EP par rapport à l'EC. Ensuite, l'EP est fortement activé après contact avec les hématies parasitées tandis que l'EC l'est moins. Enfin, toutes les souches testées induisent la mort des cellules endothéliales pulmonaires alors que seules certaines induisent celle des cellules endothéliales cérébrales. En conclusion, le couple souche parasitaire-type d'endothélium joue un rôle dans l'apparition des différentes formes de paludisme. Donc l'endothélium est au cœur de la pathologie

  • Titre traduit

    The rôle of vascular endothelium in severe malaria


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([314] p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 187-209. 351 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 8358
  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2011 367
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.