Neural bases of memory consolidation in rats : a focus on hippocampal sharp wave-ripples

par Gabrielle Girardeau

Thèse de doctorat en Neurosciences

Sous la direction de Michaël Zugaro.

Soutenue en 2011

à Paris 6 .


  • Résumé

    Pendant le sommeil, l'hippocampe génère des oscillations de haute fréquence (200Hz), appelées “ripples”. La fréquence des ripples est similaire à celle utilisée pour l'induction expérimentale de la LTP, l'une des bases cellulaires de la mémoire. De plus, pendant les ripples, les séquences de cellules de lieu sont réactivées dans le même ordre que pendant l'éveil qui précède. Les ripples constituent donc un mécanisme potentiel de consolidation mnésique. . Dans la première partie de ma thèse, j'ai sélectivement supprimé les ripples par une courte stimulation électrique dans la période de sommeil suivant un apprentissage sur une tâche de mémoire spatiale. Les résultats montrent que ce traitement induit un sévère déficit de performance, établissant pour la première fois le lien causal entre ripples et consolidation mnésique (Girardeau et al. 2009). Le fait que la fréquence d'occurrence des ripples ainsi que le taux de réactivation de cellules de lieu soit augmentés après un apprentissage suggère une régulation des ripples en rapport avec les besoins de consolidation. Dans une deuxième étude, nous avons donc interféré avec la consolidation par le biais de la suppression des ripples. Les résultats montrent que l'interruption des ripples génère une augmentation de leur fréquence d'apparition par rapport aux ripples intactes, mais seulement lorsque l'animal se trouvait précédemment en situation d'apprentissage. Cette différence de fréquence est abolie par le blocage pharmacologique des récepteurs NMDA. Ceci suggère que les ripples sont contrôlées par des processus homéostatique induit par l'activation des récepteurs NMDA lors de l'apprentissage


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (188 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 154-188. 495 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2011 302
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 9767

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011PA066302
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.