Perception des traits phonologiques chez les enfants dysphasiques et ceux ayant le syndrome de Williams

par Catherine Zobouyan

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Willy Serniclaes.

Soutenue en 2011

à Paris 5 .


  • Résumé

    Ce travail avait pour objectif de mieux comprendre la perception des phonèmes chez les enfants dysphasiques et des enfants au développement atypique du langage comme les enfants atteints du syndrome de Williams. Les études ont porté sur les continua de voisement (VOT) et de lieu d’articulation (transitions de F2 et F3). Deux critères ont été utilisés pour évaluer la perception catégorielle : la perception catégorielle relative et la précision catégorielle. Trois études ont été effectuées, 1 sur le voisement (étude 1), 2 sur le lieu d’articulation (étude 3 et étude 4). Au cours de l’étude 1, nous avons comparé les réponses d’enfants dysphasiques âgés de 6 ans à 10 ans avec un groupe contrôle du même âge chronologique, à partir de tâches d’identification et de discrimination. Les résultats confirment nos hypothèses en montrant que l’enfant dysphasique présente à la fois un déficit de précision catégorielle et une perception allophonique similaire à celle de l’enfant dyslexique. Cette dernière se caractérise principalement par une meilleure discrimination des paires de phonèmes appartenant à une même catégorie, au contraire des enfants contrôles qui discriminent mieux deux paires appartenant à deux catégories différentes. Dans une seconde étude, nous avons comparé les résultats d’enfants dysphasiques et d’enfants Williams sur un continuum de lieu d’articulation particulièrement sensible au déficit de perception catégorielle. Les résultats mettent en évidence un profil similaire en précision catégorielle pour les deux groupes d’enfant au développement du langage atypique. Enfin, pour la troisième étude, nous avons testé un continuum de lieu d’articulation particulièrement sensible à la perception allophonique. Les enfants dysphasiques et les enfants Williams attestent d’un pic de discrimination inter-catégories plus faible que les enfants contrôles. Ces résultats confirment donc que les enfants dysphasiques comme les enfants Williams présentent à la fois un déficit de précision catégorielle et de perception catégorielle. Ils semblent donc utiliser des mécanismes perceptifs semblables, caractérisés par une perception allophonique, qui entravent l’établissement de catégories phonémiques stables et entraînent un retard dans le langage et à postériori des difficultés en lecture.

  • Titre traduit

    Perception of phonological features in dysphasic children and those with Williams Syndrome


  • Résumé

    The purpose of this study was to gain a better understanding of the perception of speech sounds in children with dysphasia and those with Williams Syndrome, both having specific reading problems. The hypotheses were that these children would present (1) a precision deficit in auditory phoneme perception which, according to previous research, would be similar to that of all children with atypical language development (for a recent review, see Bouton et al. , 2011. ); (2) an “allophonic” perception of speech sounds, similar to those seen in both adult and child with dyslexia (Serniclaes et al. , 2004; Bogliotti et al. , 2008 ; Dufor et al. , 2009). These hypotheses were tested by collecting identification and discrimination responses to speech stimuli varying along a voicing continuum (obtained by selective modifications of the VOT and of the silent interval during the occlusion -SI in natural VCV tokens) and two different place of articulation continua (obtained by modifications of F2 and F3 transitions in synthetic CV syllables). Three studies were conducted, one on voicing perception (Study 1) and two on place of articulation perception (Studies 2 and 3). In Study 1, we compared the responses of dysphasic children (DYS) with a control group of the same chronological age (CTL-age) on a aga/aka continuum. The results confirm our hypotheses by showing that the DYS group presents a categorical lack of precision and an allophonic perception similar to that of children with dyslexia. In Study 2, we compared the results of DYS children and children with Williams Syndrome (WS) to those of both chronological age (CTL-age) and reading age (CTL-reading) controls on a ba/da continuum. The results evidence a lack of categorical precision that is almost identical for the two groups of children with atypical language development (DYS and WS) compared to both the CTL-age and CTL-reading groups. In Study 3, the same groups were compared on a bə/də continuum. The results suggest that children with dysphasia and those with Williams Syndrome have similar allophonic discrimination. These results confirm that dysphasic children as well as children with Williams Syndrome show a lack of categorical precision and they suggest that both groups have an allophonic mode of speech perception. The latter is characterized by an overdiscrimination of allophones and would hinder the development of stable phonemic categories, resulting in severe difficulties in reading acquisition.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (193 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 158-185

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13181
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.