L'expérience urbaine de l'ayahuasca : paysages des subjectivités contemporaines : Approche ethnopsychanalytique

par Clara Roberta Novaes Raimundo

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Marie Rose Moro et de Olivier Taïeb.

Soutenue en 2011

à Paris 5 .


  • Résumé

    Face à l’expansion vertigineuse des usages de l’ayahuasca (puissante boisson psychoactive amazonienne induisant des états modifiés de conscience) par des populations autres qu’indigènes, cette recherche réalise une cartographie de ces expériences au sein des agencements rituels-urbains dans le Brésil contemporain et dialogue avec des expériences qui ont lieu à Paris et aux Pays-Bas. Elle s’appuie sur une méthode phénoménologique et compte dans sa boîte à outils des concepts de l’ethnopsychanalyse, de la psychanalyse et de la philosophie. Son matériel provient de dix-sept entretiens semi-structurés réalisés avec des personnes qui font un usage rituel-urbain de l’ayahuasca. Une ethnographie détaillée du groupe Comuníndios (au Brésil et aux Pays-Bas) illustre le paysage mouvant de ces nouveaux agencements ayahuasqueiros. Les résultats montrent que l’expérience de l’ayahuasca déborde et prolonge le cadre du rituel lui-même et est incorporée dans la vie quotidienne à travers un ensemble d’« enseignements ». Le rapport entre les prises de l’ayahuasca et le quotidien a révélé des données importantes : les récits démontrent que les sujets ne s’inscrivent ni dans un mode toxicomane d’être au monde ni dans un mode de vie sectaire. Si les toxicomanes recherchent l’oubli de soi et du temps vécu, les ayahuasqueiros cherchent au contraire à « se rappeler », se retrouver, se « développer », se « remémorer ». La dimension du « rappel de soi » (réminiscence platonicienne) dans cette dialectique mémoire-oubli-remémoration constitue une partie très importante de leur démarche. La nature du désir d’auto-connaissance dans le contemporain est discutée à travers les concepts de l’inconscient et du « souci de soi » (Foucault). L’analyse des processus de subjectivation révèle que les ayahuasqueiros ainsi que leurs groupes réactualisent un rapport « anthropophage » (modernisme brésilien) à l’autre, en cherchant à introjecter de l’autre ce qui peut être affirmatif pour soi. Ces expériences sont caractéristiques du contemporain car elles se meuvent au coeur de l’enchevêtrement de l’actuel et de l’archaïque.

  • Titre traduit

    Urban experience of ayahuasca : landscapes of contemporary subjectives


  • Résumé

    Noting the vertiginous expansion of the ritual use of ayahuasca (a powerful psychoactive beverage from the Amazon which brings about altered states of consciousness) by populations other than indigenous, this research produces a cartography of these experiences within urban-ritual agencements in contemporary Brazil and dialogues with the experiences taking place in Paris and in the Netherlands. It has a phenomenological research method. This study’s tool case contains the concepts of ethno-psychoanalysis, psychoanalysis and philosophy. It is based on the material resulting from seventeen semi-structured interviews with people making urban-ritual use of ayahuasca. The detailed ethnography of the group Comuníndios (in Brazil and in the Netherlands) illustrates perfectly the landscape in motion of ayahuasqueiros agencements. The results show that the ayahuasca experience extends the ritual set and is incorporated in everyday life through an ensemble of teachings. The connection in between the ayahuasca use and daily life revealed important data: the narratives make it clear that these subjects don’t show neither a substance dependant way of being nor a sectarian way of life. Whereas drug addicts aim to forget “the self” and the “lived time”, the ayahuasqueiros on the other hand try to “remember”, to find and to develop themselves, to recall. The dimension of “self-remembering” (platonic reminiscence) in the dialectic memory-forgetting-remembering is very important in their approach. The nature of the contemporaneous desire of self-knowledge is discussed through the concepts of the unconscious and the “care of the self” (Foucault). The analysis of the processes of subjectification reveals that the ayahuasqueiros as well as their groups re-actualize an “anthropophagical” (Brazilian modernism) relation to the other, trying to introject from the other that which can be affirmative for themselves. These experiences are characteristic of present times since they are at the heart of the entwinement of the actual and the archaic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (482 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 460-476

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 13157
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.