Mise en mots d’un événement historique : approche discursive et interactionnelle de la chute de l’URSS dans des récits de vie de migrants russophones

par Sandra Nossik

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christine Deprez.

Le président du jury était Cécile Canut.

Le jury était composé de Christine Deprez, Cécile Canut, Frédéric François, Jacques Guilhaumou, Patrick Sériot.

Les rapporteurs étaient Jacques Guilhaumou, Patrick Sériot.


  • Résumé

    Ce travail se propose d’examiner comment la chute de l’URSS est mise en mots dans des histoires individuelles : les discours institutionnels sur les événements politiques sont réappropriés par les récits biographiques, qui, par des points de vue et des verbalisations différentes, contribuent eux-mêmes à créer l’Histoire. Cette thèse s’inscrit dans les cadres de la sociolinguistique interactionnelle et de l’Analyse du Discours. Son corpus est composé d’une vingtaine d’entretiens réalisés en russe auprès de migrants issus de toutes les républiques post-soviétiques. La première partie offre une réflexion théorique sur les notions d’événement et de mise en intrigue. L’usage des récits de vie en sociolinguistique est également interrogé par comparaison aux autres sciences sociales. La seconde partie propose une analyse discursive de la chute de l’URSS telle qu’elle est mise en mots dans les récits. 1991 s’avère être un repère partagé, verbalisé sous la forme d’une rupture tant narrative à l’échelle des récits que discursive d’un point de vue stylistique. Sont analysées notamment la structure des récits, leurs temporalités affectives, les dénominations d’événements employées et leur caractère dialogique, ou les catégorisations de la sphère du pouvoir politique. La troisième partie est consacrée à la dimension interactionnelle des récits de vie co-construits dans la situation d’entretien. Ce point de vue permet d’analyser les catégorisations réciproques des interactants, et leurs conséquences sur les contenus implicites des récits. Ces analyses conduisent à une réflexion sur la performativité du rôle du chercheur et du genre de discours qu’est le témoignage. Ce travail éclaire ainsi la façon dont les discours autobiographiques à la fois s’emparent et se distancient des discours officiels, octroyant sens et postérité aux événements vécus.

  • Titre traduit

    Putting a historical event into words : a discursive and interactional approach to the fall of the USSR in life narratives of Russian-speaking migrants


  • Résumé

    This work proposes to examine how the fall of the Soviet Union is put into words in individual stories: the institutional discourses on political events are re-appropriated by the biographical accounts, which, by different views and verbalizations, contribute themselves to creating history. This dissertation fits within the frameworks of interactional sociolinguistics and discourse analysis. It is composed of twenty interviews in Russian with migrants from all post-Soviet republics. The first part offers a theoretical reflection on the notions of event and emplotment. It compares the use of life narratives in sociolinguistics to their use in other social sciences. The second part offers a discursive analysis of the fall of the USSR as it is put into words in the stories. 1991 proves to be a shared marker which is verbalized as a break in these stories both on the narrative and the stylistic level. The analyzes include the chronotopes of stories, the names of events used and their dialogical characteristics, or the categorization of the sphere of political power. The third part is devoted to the interactional dimension of life stories as they are co-constructed in the interview situation. This point of view makes it possible to analyze the mutual categorizations of the participants, and its impact on the implicit content of the narratives. It leads to a reflection on the performative role of the researcher and on the nature of testimony as a speech genre. This work illuminates how autobiographical speeches both seize and distance themselves from official speeches, giving meaning and posterity to the lived even

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (371, 411 p.)
  • Notes : Publication non reproduite à la demande de l’auteur
  • Annexes : Bibliogr. p. 336-363. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.