L’image de "Solidarnosc" dans la presse française et ouest-allemande (1980-1982)

par Karolina Pietras

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Michel Masłowski et de Joanna Nowicki.

Le président du jury était Andrzej Paczkowski.

Le jury était composé de Jocelyne Arquembourg, Michèle Weinachter.


  • Résumé

    La crise polonaise des années 1980 a eu de larges répercussions dans le monde entier, notamment en France et en Allemagne.En reprenant au jour après jour la perception de la presse française et allemande du mouvement Solidarnoṡċ à sa naissance et lors de l’instauration de l’état de guerre, cette étude permettra, nous l’espérons, de mieux mettre en lumière les mécanismes de l’évolution des opinions dans des contextes internationaux politiques et économiques changeants.Nous avons étudié les réactions des médias allemands et français à partir des grèves d'août 1980 jusqu’au point culminant de cette crise – l’état de guerre déclaré le 13 décembre 1981.Notre recherche était principalement basée sur des quotidiens nationaux tels que Le Monde et Süddeutsche Zeitung, Le Figaro et Frankfurter Allgemeine Zeitung bien que quelques réactions d'autres journaux soient également présentées, en particulier celles de Libération et de L'Humanité. La presse hebdomadaire est représentée par Die Zeit et Der Spiegel pour la RFA et Le Nouvel Observateur pour la France.Ce travail essaye de répondre aux questions suivantes : quelle vision des changements en Pologne avait la presse française et allemande ? Comment elle les présentait - comme des simples faits ou bien comme des événements médiatiques ?Cette thèse étudie également comment les différents courants politiques en France et en RFA influençaient la représentation des événements polonais dans la presse.La couverture médiatique de Solidarność dans le monde occidental invite notamment à s’interroger sur la problématique d’ingérence informative et l’influence des médias dans notre perception des événements lors de divers conflits.

  • Titre traduit

    The Perception of Solidarnosc movement in German and French Press of the 1980.


  • Résumé

    The crisis in Poland in the 1980's had large repercussions on the international stage notably in France and Germany. The thesis study has undertaken the review of perception expressed in the day to day accounts of the French and German press coverage of the Solidarnoṡċ movement from it's beginnings to the declaration of the Martial Law. We intend this work to give a better insight into the mechanisms of the evolution of opinion within the context of international political and economic evolutions.We have studied the respective reactions of the French and German press during the strikes of August 1980 until the culmination of the crisis with the declaration of the Martial Law on the 13th of December 1981.Our research has been primarily based upon the review of comparable daily newspapers, such as, Le Monde and Süddeutsche Zeitung, Le Figaro and Frankfurter Allgemeine Zeitung alongside the reactions of other newspapers, in particular Libération and L'Humanité. The weekly press is represented by periodicals such as Die Zeit and Der Spiegel for the West Germany and Le Nouvel Observateur for France.The work attempts to respond to the following questions: What was the view of the French and German press towards the changes in Poland? How were these events presented, as clear "facts" or as "media events"?This thesis also investigates how the different political currents in France and the West Germany influenced the representation in the press of the events in Poland in the 1980's.The media coverage of "Solidarnoṡċ" in the West particularly calls into question of informative interference and the influence of the media on the wider perception of events in such conflicts.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?