La fonction syntaxique ‘sujet’ en néerlandais et en français contemporains

par Catherine Mallet (Fleury)

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jan Pekelder.

Soutenue le 09-11-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) .

Le jury était composé de Hélène Włodarczyk, Armand Héroguel, Ludo Melis.


  • Résumé

    Cette étude linguistique qui porte sur la syntaxe du français et du néerlandais se propose d’analyser en contraste la fonction syntaxique ‘sujet’ dans ces deux langues. Elle s’appuie sur le cadre théorique fourni par le structuralisme fonctionnaliste d’André Martinet, qui considère les fonctions syntaxiques comme des ‘signes linguistiques’ pourvus d’un ‘signifiant’ (leur forme) et d’un ‘signifié’ (leur valeur). Elle prend ainsi comme point de départ les différences dans le marquage de la fonction pour tenter de parvenir à une analyse en contraste du contenu de la fonction elle-même. Cette analyse se fonde sur l’hypothèse d’une « configuration subjectale » (Lazard 1994) propre à chacune des langues dans lesquelles la notion de sujet est pertinente. Elle s’inscrit dans le cadre des études menées ces dernières années pour mettre en contraste le français et le néerlandais, généralement à des fins didactiques. Le rapprochement des structures de ces deux langues, dans lesquelles la construction de la phrase obéit à des règles différentes, parait cependant présenter un intérêt théorique qui dépasse les besoins de l’enseignement de l’une aux locuteurs natifs de l’autre. L’examen de la fonction syntaxique ‘sujet’, qui représente un élément essentiel de la phrase, fournit un angle d’attaque des problèmes que pose la comparaison de la structure d’une phrase germanique avec celle d’une langue romane comme le français, caractérisé par sa préférence pour le placement du sujet avant le verbe qu’il régit.

  • Titre traduit

    The syntactic function ‘subject’ in today’s Dutch and French


  • Résumé

    This linguistic study deals with the syntax of French and Dutch. It aims at analyzing the contrast in the syntactic function ‘subject’ in both languages. It is based on the theoretical framework provided by the French functionalist André Martinet who considers the syntactic functions as ‘linguistic signs’ composed of a ‘signifier’(their aspect) and a ‘signified’(their meaning). It thus starts with assessing the differences in the ‘signifiers’ of the function and goes on with a tentative contrastive analysis of the contents of the function itself, the ‘signified’. This analysis is based on the assumption of a “subjectal configuration” (Lazard 1994) specific to each of the languages in which the notion of subject is relevant.It is an element of the studies conducted in recent years to contrast French and Dutch, usually for teaching purposes. However the theoretical interest of examining the structures of these two languages in which the sentence structure is subject to different rules exceeds the sheer needs of teaching each language to the native speakers of the other. An examination of the syntactic function ‘subject’, which represents an essential element of the sentence, provides a good angle of attack to the tricky comparison between the structures of a Germanic sentence and those of a Roman language such as French, which is characterized by its preference for placing the subject before the verb it governs.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.