« Dans le bouillonnement de la création » : Le monde mis en scène par Curzio Malaparte (1898-1957)

par Aurélie Manzano

Thèse de doctorat en Littérature et Culture italiennes

Sous la direction de François Livi.

Soutenue le 02-12-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) , en partenariat avec Littérature et Culture Italiennes (laboratoire) .


  • Résumé

    Journaliste, essayiste, prosateur, poète, romancier mais aussi à ses heures réalisateur, photographe ou architecte, Curzio Malaparte (1898-1957) reste, malgré un succès public durable qui dépasse largement les frontières italiennes, un oublié de l’histoire littéraire du XXe siècle. S’il suscite actuellement un regain d’intérêt c’est surtout dans la mesure où sa participation aux deux guerres mondiales ainsi que sa trajectoire du fascisme au communisme et au catholicisme en font le miroir des contradictions de son temps. Or, est-ce bien là son principal mérite ? La présente étude propose un parcours à la fois chronologique et thématique dans l’œuvre malapartienne en s’appuyant sur l’analyse du rapport entre l’univers et la page écrite. La curiosité insatiable que l’écrivain projette sur le monde qui l’entoure dégénère, au contact de l’événement-guerre, en plongée macabre dans les atrocités de l’histoire. Les pages cruelles et hallucinées de Kaputt (1944) ou de La pelle (1949) marquent l’apogée d’une écriture qui voudrait rendre compte de la réalité tout en refusant de s’en satisfaire. Face au visage décevant de l’histoire, Malaparte échafaude un rêve de « recommencement » à la fois individuel (grâce au « mythe de l’auto-engendrement ») et collectif (dans une perspective eschatologique), mais ne renonce jamais définitivement à poursuivre dans le monde cette quête désespérée de sens qui nous le rend si proche.

  • Titre traduit

    « Amidst a Seething Creativity » : The World as Staged by Curzio Malaparte (1898-1957)


  • Résumé

    Curzio Malaparte (1898-1957) was not only a journalist, essayist, prose writer, poet and a novelist but also a director, photographer and architect when time permitted. Yet despite his success both in Italy and beyond, he remains largely unknown in 20th century literary history. If he is enjoying a resurgence in popularity today it is due to his involvement in two world wars as well as his trajectory from fascism to communism and onward to Catholicism, a mirrored contradiction to his era. Or does his significance lie therein ? This thesis follows both a chronological and thematic path through his work focusing on the relationship between the universe and the written page. The insatiable curiosity the writer projects on the world around him disintegrates into history’s most gruesome atrocities following the onset of war. The cruel and uncanny pages of Kaputt (1944) and La Pelle (1949) mark the culmination of a style of writing that tries to both account for and interrogate reality. In the disappointing face of history, Malaparte constructs a dream for a new beginning that is at once individual (thanks to the « myth of self-generation ») and collective (from an eschatological perspective), yet he never renounces definitively the pursuit of this desperate quest for meaning that brings him so close to us.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.