Les Magistri Militum aux IVe et Ve siècles ap. J.-C.

par Marc Landelle

Thèse de doctorat en Histoire ancienne

Sous la direction de Yann Le Bohec.

Le président du jury était Jean-Michel Carrié.

Le jury était composé de Yann Le Bohec, Jean-Michel Carrié, Giovanni Brizzi, Pierre Cosme, Giusto Traina.


  • Résumé

    À partir du règne de Constantin Ier, la défense de l’Empire fut mise en œuvre par un corps de généraux qui récupérèrent les anciens pouvoirs militaires des préfets du prétoire : les magistri militum. Confrontés à des menaces militaires incessantes (pression barbare aux frontières et épisodes de guerre civile), ces officiers supérieurs furent la plupart du temps épargnés par les purges qui frappaient le personnel de cour, car ils constituaient une assise fondamentale du pouvoir de l’empereur. Au début du Ve siècle ap. J.-C., l’Empire romain unifié fit place à deux partes imperii indépendantes, voire rivales : un Empire byzantin replié sur l’Orient, et une partie occidentale qui tendit à se fragmenter en royaumes barbares. Comment le haut commandement militaire évolua-t-il dans chacune de ces régions ? Ce corps d’officiers a fait l’objet d’une étude prosopographique tenant compte des recherches les plus récentes, en vue de fournir une synthèse qui a été menée selon trois axes principaux : - en termes institutionnels, quelle était la place de ces généraux dans la chaîne de commandement ?- en termes d’histoire militaire, quel fut le rôle de ces généraux dans les transformations que connut l’armée romaine tardive ?- en termes d’histoire sociale, comment cette noblesse militaire, dont une partie avait des origines barbares, se définissait-elle par rapport à la romanité et à la société de cour tardo-antique ?

  • Titre traduit

    The magistri militum of the fourth and fifth centuries A. D.


  • Résumé

    From the reign of Constantine the Great onward, the defence of the Empire was the responsibility of a group of generals who were trusted with the previous military responsabilities of the pretorian prefects : the magistri militum. Facing restless threats (barbarian pressure on the frontiers and episodes of civil war), these high officers were most of the time kept away from the regular revolutions that struck the court : they were one of the base of the imperial authority. At the beginning of the fifth century, the unified roman Empire had been replaced by two independent, sometimes even rival partes imperii : a byzantine Empire, limited to the East, and a western part which eventually collapsed to form barbarian kingdoms. How did the high military command evolve in each of these parts ?A prosopographical study, taking into account the most up-to-date research, has been made on this group of officiers, in order to provide a synthesis developing three main axis :- from an institutional point of view, what was the place of these generals in the chain of command ?- from a military point of view, which role did this generals play in the transformations that affected the Late roman army ?- from a social point of view, how did this military nobility, which included people with barbarian origins, defined herself with regard to romanity and the Late Antique court society ?


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.