Le Néo-paganisme en Angleterre à l’époque contemporaine

par Rose-Marie Farwell

Thèse de doctorat en Civilisation britannique

Sous la direction de Jacques Carré.


  • Résumé

    Cette thèse examine l’essor récent du néo-paganisme en Angleterre, en tenant compte des particularités du contexte anglais, et en montrant la convergence d’influences historiques, culturelles et littéraires qui ont favorisé son émergence et son développement. Le néo-paganisme se décline en des branches ou traditions distinctes mais toutes issues d’un terreau commun. Cependant, on peut souligner l’émergence d’un néo-paganisme éclectique et syncrétique à part entière, portant sur le « bricolage » identitaire des individus qui composent leur propre spiritualité. Nous examinons la création d’une communauté et d’une identité néo-païennes, difficiles à cerner, mais qui reposent sur un socle commun de croyances et pratiques. Nous examinons les enjeux d’une quête identitaire véhiculée par une mystique de la terre d’Angleterre qui se veut inclusive, s’inscrivant dans une logique multiculturelle de la diversité et du pluralisme. Le néo-paganisme a pu profiter également d’un contexte politique, intellectuel et socioculturel favorable aux religions minoritaires, mais a dû faire des concessions pour se constituer en tant que religion afin d’être reconnu par les autorités publiques. Inversement, celles-ci ont été amenées à élargir et assouplir leur conception et leur définition de la religion afin d’inclure cette religiosité alternative. L’étude examine la plus grande visibilité des néo-paganismes et leur médiatisation, ainsi que les interfaces et zones de porosité entre ceux-ci et la culture dominante pour montrer une diffusion des thématiques néo-païennes dans la culture environnante, même si des problèmes persistent concernant l’acceptation et l’interprétation des noms pagan et surtout witch, et surtout des ambiguïtés en ce qui concerne les notions d’occulte et de magie.

  • Titre traduit

    Paganism in Contmeporary England


  • Résumé

    This study examines the emergence and growth of paganism over recent decades in a specifically English context, taking into account the various historical, cultural and literary influences and the way paganism has developed as a ‘natural’ product of these. Although the term paganism covers a loose association of distinct branches and traditions, these inspire, influence and feed into each other to a greater or lesser extent, creating a generic paganism that has emerged as the dominant trend, within which individuals concoct and compose their own spirituality. Within a spectrum of practices and beliefs, enough common ground exists for the movement to be recognizable as such, but this contrasts greatly with more traditional ideas of religion. If the growth of paganism is partly explained by the greater availability of information and the use of Internet, it is also seemingly in resonance with various aspects of the contemporary, post-modern western psyche. Furthermore, it has benefited from the official climate concerning positive recognition of minority religions in a multicultural society, although difficulties have arisen in its being accepted as a religion, whether by the authorities, or due to internal factors. This has led to a higher media profile for paganism, sometimes in its favour, but sometimes leading to its scapegoating by newspapers seeking to denounce the perceived excesses of multiculturalism and the “politically correct”. If the name ‘pagan’ seems inappropriate, acting as a barrier in some quarters, no alternative, less controversial term has been found as a replacement. However, it can be noticed that pagan themes and attitudes are being more generally diffused within mainstream culture, with or without the pagan ‘label’.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.