Les Tombeaux, en France, à l’époque baroque : essai d’analyse rhétorique

par Françoise Depersin

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Raphaëlle Legrand.

Soutenue le 08-12-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Patrimoines et Langages Musicaux (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Le corpus des Tombeaux français, dont la production s'étend du milieu du XVIIe siècle jusqu'à la troisième décennie du XVIIIe siècle, regroupe des pièces instrumentales dont le titre emprunte un nom de genre poétique. Si le tombeau poétique est un hommage posthume, qu'advient il de cet hommage en musique, quelles sont les stratégies musicales suscitées par ce titre littéraire, qui ne renvoie à rien de musical ?On a choisi, pour répondre à cette question, de tenter une analyse menée grâce à l’emprunt de notions rhétoriques appartenant aux domaines de l’elocutio et de la dispositio. Les stratégies représentatives, imitatives, affectives et formelles adoptées par les Tombeaux ont ainsi pu être appréhendées. Représentant, par l’insistance sur le mouvement descendant de la catabasis, la chute dans la mort, ils donnent à entendre, pour certains, les cloches des cérémonies funèbres ou les défaillances de la voix plaintive et affectent l’auditeur d’un malaise que celui-ci sait mimétique des souffrances du deuil. Exposant, clairement leur dessein, en début de pièce (représenter la chute), ils culminent, pour la majorité d’entre eux, en un crescendo émotionnel propre à la péroraison, d’autres pièces préférant, en revanche, une stratégie d’apaisement ou encore de consolation.Si les notions rhétoriques mobilisées ont permis d’accéder à l’éloquence des Tombeaux, en retour le succès de certaines de ces notions témoigne de leur pertinence, au delà du seul discours verbal. La rhétorique devient bien, alors, cette « structure mère » de la pensée européenne, à l’époque baroque, décrite par Marc Fumaroli.

  • Titre traduit

    The Baroque Tombeaux in France : a Rhetorical Analysis


  • Résumé

    The corpus of French instrumental work, the Tombeau, whose production extends from the middle of the seventeenth century to the third decade of the eighteenth century, borrows its name from a poetic genre. If the poetic, literary tombeau is a posthumous homage, how do we approach this musical homage? What are the corresponding musical strategies of a genre whose title is derived from a literary and not a musical genre? In order to answer this question, we chose an analysis that borrows from rhetorical notions, in particular, those belonging to the domain of elocutio, as well as those belonging to the domain of dispositio. Through this type of analysis, the representational, imitative, affective and formal strategies, appropriated by the musical Tombeaux, are understood. The Tombeaux, insisting on the descending movement of the catabasis – the falling into death – may convey to the ear the toll of funeral bells or the failure of the plaintive voice and affect the listener with a malaise, which replicates the suffering of mourning. Clearly exposing their design at the beginning of the piece (representing the fall), the majority of the Tombeaux culminate in an emotional crescendo characteristic of the peroratio, while others prefer a strategy of calming and consolation.If the use of rhetorical notions in our analysis permit access to the eloquence of the Tombeaux, in return, the success of certain of these notions is proof of their pertinence beyond their usage for verbal discourse. Thus, rhetoric becomes, as described by Marc Fumaroli, the structure mère of European thought during the Baroque period.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.