La chair impossible : regards sur les corps et genèse de la réputation de sainteté chez les carmélites espagnoles (vers 1560-vers 1640)

par Antoine Roullet

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Denis Crouzet.

Soutenue le 24-06-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette thèse d’histoire du corps porte sur les pratiques corporelles des carmélites déchaussées espagnoles et s’appuie principalement sur une relecture de leur hagiographie imprimée et manuscrite. En utilisant les outils de l’anthropologie et de la sociologique historique, nous y montrons que les regards que les religieuses posent sur leur corps et sur celui des autres sont le moteur d’un travail de la chair qui construit de manière déterminante la réputation de sainteté dont certaines peuvent jouir dans leur communauté. Leurs pratiques corporelles de prières et de mortification y sont décrites non plus seulement dans la dimension verticale de leur rapport à Dieu, mais comme le produit des relations au sein d’une communauté et la conséquence des tensions politiques et des évolutions de la société dans laquelle elle s’inscrit. Ce travail reprend le travail religieux du corps en approfondissant ses enjeux et en creusant ses contradictions et ses difficultés, en décalage avec les représentations du corps et de la sainteté en vigueur. Sont également abordées les logiques extra-religieuses qui expliquent les pratiques. Si, entre les années 1560 et le début du XVIIe siècle, l’exigence de purification personnelle recule, soumise à des contraintes contradictoires et croissantes, elle reste auréolée d’un grand prestige à la mesure des figures héroïques et pénitentes des premiers temps de la réforme de l’ordre.

  • Titre traduit

    The impossible flesh : the bodily practices of spanish carmelites nuns and their struggle for sanctity (1560-1640)


  • Résumé

    This thesis mainly deals with corporal mortification as it is carried out in counter-reformation Spain convents. It is based on discalced Carmelites’ manuscript and printed lives, read with the tools of historical anthropology. The punishment of their flesh helps the nuns to comply with a common model of sanctity, both for the edification of their counterparts and for their own desire to become saints. But the vertical relationship they claim to have with God is not the only way to understand their violence. Corporal practices reflect both the interactions inside the community, the political and eschatological tensions outside of it and the evolution of Spanish society in the early modern period. The work underlines the tensions and contradictions the religious body, far more explicit when it comes to practice than when one remains focused on wide models of sanctity. It also enlightens the influence of the secular and mundane world on religious practices. Between the 1560’s and the 1640’s, mortification rises and slow down after the 1590’s, but the bloody model of the penitential body remains crucial to understand the nuns‘spirituality


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (701 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 624-685. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.