Colonies anglaises et terres indiennes : dynamiques et enjeux de la cohabitation entre Indiens et Puritains dans le sud de la Nouvelle Angleterre au XVIIe siecle

par Mouna Zlitni (Ben Aissa)

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Olivier Frayssé.

Le jury était composé de Olivier Frayssé, Susanne Berthier-Foglar, Gérard Hughes, Daniel Royot.


  • Résumé

    La question relative à la propriété de la terre, de son usage et de son transfert entre les Indiens du sud de la Nouvelle Angleterre et les colons puritains venus s’installer parmi eux a non seulement été le sujet d’un bon nombre d’études et a toujours été un sujet de forte controverse. Cependant rares sont les études qui ont tenté de remettre en question ou de revoir la thèse qui décrète que les Indiens ont été dépossédés de leur terre par les colons anglais. C’est pourquoi il nous a paru intéressant d’aller au-delà de cette perspective traditionnelle de dépossession. Dans ce sens, l’objet de cette thèse est de démontrer que ce transfert de terre pourrait être considéré comme une transaction foncière réglementaire donnant suite à un échange équitable entre deux parties mutuellement consentantes. Nous visons à présenter une image différente de l’Indien de celle de la victime de la colonisation puritaine qui le présente comme un Indien passif, soumis et à qui on inflige une condition.Pour ce faire, nous nous baserons sur l’analyse des actes de vente de terres intervenus entre les tribus indiennes du sud de la Nouvelle Angleterre et les colons anglais, et ce dans la période comprise entre 1620 et 1676. Notre analyse de ces documents se fera selon une perspective ethno-historique.

  • Titre traduit

    English colonies and indian lands


  • Résumé

    The question of land property, use and transfer between the Indians of southern New England and the Puritans who settled among them has been the subject of a large literature and has always been a highly controversial issue. Giving the fact that this issue has always been referred to as a dispossession, we thought it interesting to go beyond this traditional perspective. Indeed, we propose to show that this movement of land transfer can be considered as a legal and just land transaction and that it was equitable to both parties. We also aim at presenting another image of the Indian; an image different from the one depicting him as a submitted Indian and a victim of colonial invasion and cultural assault. Our study is based on an ethnohistorical analysis of the land deeds that took place between the Indians and the English colonists in southern New England between 1620 and 1676.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.