Versaria polyphoniques aquitains du XIIe siècle : identification des graphies particulières. Lecture, paléographie, analyse

par Giedrius Gapsys-Hutin (Gapsys)

Thèse de doctorat en Musique et musicologie

Sous la direction de Frédéric Billiet.

Soutenue le 13-12-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Patrimoines et Langages Musicaux (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Les neumes aquitains dont les formes sont proches de celles des liquescences, bien qu’ils soient utilisés indépendamment des situations phonétiques, sont traditionnellement considérés comme les « graphies particulières » propres aux versaria polyphoniques : Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds latin, 3549 et 3719. La présente thèse identifie ces neumes comme l’oriscus spécial, d’une forme rare, employé en plus de l’oriscus aquitain normatif. Dans le versarium 3719 l’usage de l’oriscus spécial est lié aussi aux autres phénomènes notationnels, comme les liaisons entre les éléments neumatiques descendants. La thèse relève l’existence de l’oriscus spécial dans un petit nombre de manuscrits de la notation aquitaine monodique, parmi les 150 manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Quant aux phénomènes notationnels adjacents à l’oriscus de cette forme, ils appartiennent à une évolution graphique du tractulus/punctum aquitain le plus fortement prononcée au Sud-ouest du domaine de la notation aquitaine. Les graphies particulières ne sont donc pas circonscrites strictement au sein des versaria polyphoniques aquitains, comme cela a été supposé jusqu’à présent. L’oriscus spécial remplit des fonctions spécifiques dans les versaria polyphoniques aquitains, principalement, l’ornementation des intervalles en vertical et la coordination de la rencontre des voix. Ainsi, en intégrant cet oriscus dans l’arsenal de sa neumatique, la notation aquitaine de conception monodique s’adapte à la tâche de noter les chants polyphoniques, adéquatement aux besoins de l’écriture musicale du discantus orné.

  • Titre traduit

    Aquitanian Polyphonic Versaria of the Twelfth Century : the Idetification of their Neumatic Peculiarities


  • Résumé

    The neumes which are close in their shape to the Aquitanian liquescence signs, but are used independently of the phonetic circumstances, are usually considered as the “neumatic peculiarities” specific to the Aquitanian versaria: Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 3549 and lat. 3719. The present thesis identifies these neumes as the Aquitanian special oriscus of an uncommon shape, employed in the versaria additionally to the Aquitanian oriscus of the common shape. This oriscus is connected to some other notational phenomena of the versarium 3719, like the ligatures that occur in the down-going neumes.The present thesis reveals the existence of the special oriscus in a small amount of sources, among the 150 manuscripts of the Bibliothèque nationale that carry Aquitanian neumatic notation. As to the other notational phenomena connected to the oriscus, these belong to a graphical development of the Aquitanian tractulus /punctum which shows itself most strongly in the South-west of the Aquitanian notation area. The neumatic peculiarities are therefore not contained exclusively in the corpus of Aquitanian polyphonic versaria, as it was supposed.The special oriscus carries some specific functions in the polyphonic versaria. Basically, these functions are related to the ornamentation of an interval between the voices and the process of the voice alignment. Therefore, we conclude that the Aquitanian notation, by integrating the special oriscus and conferring on it some specific functions, adapts itself adequately to the needs of the polyphonic language which was developed by the florid Aquitanian discantus in the late XIth and the early XIIth centuries.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.