La peur dans les chansons de geste (1100-1250) : poétique et anthropologie

par Blandine Longhi

Thèse de doctorat en Littérature française du Moyen Âge

Sous la direction de Dominique Boutet.

Soutenue le 29-11-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Etude et édition de textes médiévaux (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    L’étude explore les différentes composantes, anthropologiques aussi bien que littéraires, du rapport entre l’émotion du public et l’émotion des personnages. Cette problématique est au cœur du fonctionnement des chansons de geste qui reposent sur un paradoxe : susciter la peur par la description de faits violents et de protagonistes terrifiants, tout en célébrant l’intrépidité de leurs héros. La distance entre le public et les personnages relève en partie de raisons idéologiques : la représentation de figures inquiétantes cristallise l’angoisse collective sur des cibles désignées par les institutions dominantes, tandis que le déni de la peur par les héros participe à la construction d’une image idéalisée de la chevalerie. Par ailleurs, au-delà du lien entre les œuvres et leur contexte historique, la recherche d’un effet de peur procède d’une poétique spécifique. Ce sentiment soude l’auditoire dans l’inquiétude et dans l’admiration, permettant l’exaltation épique et la glorification du courage héroïque. La sublimation de la peur tient à une esthétique de la terreur qui transforme les motifs effrayants en objet de contemplation et la répulsion en attraction. Grâce à cette transfiguration du réel, le public peut opérer un transfert psychique qui confère aux textes une dimension cathartique. Les actions des héros impavides jouent ainsi le rôle d’exutoire pour les pulsions refoulées, et les poèmes contribuent à conjurer l’anxiété liée aux tensions et aux crises de la société féodale.

  • Titre traduit

    Fear in the chansons de geste (1100-1250) : poetics and anthropology


  • Résumé

    This work explores the various components, from an anthropological as well as a literary point of view, of the relationship between the emotions of the public and the emotions of the characters. This problem is at the heart of epic texts, which are based on a paradox: to create fear through the depiction of violent events and frightening characters, while celebrating the fearlessness of their heroes. The distance between the audience and the heroes is due to ideological reasons: on the one hand, the representation of disturbing figures crystallizes collective dread on targets designated by the dominant institutions, on the other hand, the heroes’s denial of fear by heroes allows the construction of an idealized image of chivalry. Moreover, beyond the link between the texts and their historical context, the search for a fear effect proceeds from a specific poetics. This emotion enables the epic exaltation and glorification of the hero’s courage by bringing the audience together in the same feelings of worry and admiration. The sublimation of fear depends on an aesthetics of terror which turns the reasons for fear into an object of contemplation and the attraction into repulsion. With this transfiguration of reality, the audience can make a psychic transfer which gives the texts a cathartic dimension. The feats of intrepid heroes are an outlet for repressed instincts, and the poems help to exorcise the dread related to tensions and to the crisis of feudal society.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.