Nicolas Bérauld, laissé pour compte des « Bonnes Lettres » Monographie sur l’humaniste orléanais Nicolas Bérauld (c. 1470-c. 1555)

par Marie-Françoise André

Thèse de doctorat en Lettres latines

Sous la direction de Perrine Galand-Hallyn et de Sylvie Laigneau-Fontaine.

Soutenue le 25-11-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .


  • Résumé

    Cette monographie a pour objectif de mettre en lumière la contribution fondamentale que Nicolas Bérauld (c. 1470-c. 1550), humaniste orléanais du début du XVIe siècle, apporta à la mise en place d’un humanisme spécifiquement français. Professeur, éditeur, imprimeur, libraire, juriste et écrivain à ses heures, cet humaniste polyvalent, très réputé à son époque, est aujourd’hui tombé dans l’oubli : il est, comme l'indique le titre de cet ouvrage, un laissé pour compte des « Bonnes Lettres » à qui il convient de rendre la place qu’il mérite. Son inlassable activité l’amena à intervenir dans de nombreux domaines. Il conduisit une réflexion approfondie sur les langues, puisqu’il s’intéressa à l’improvisation en latin et contribua à l’essor du grec, encore bien peu étudié au début du XVIe siècle. Il prit pour modèle de ses activités la figure du grammaticus au sens où l’entend Quintilien dans son Institution oratoire, à la fois encyclopédiste, éditeur, commentateur et professeur. Ce grammaticus polyvalent avait vocation à s’impliquer dans tous les domaines. Bérauld réfléchit donc aussi à la dimension esthétique et créatrice de la langue, à sa « poïétique », et prit position dans les grands débats idéologiques (politique, droit, religion) qui agitèrent son époque. L’étude de l’itinéraire de cet humble professeur est aussi un hommage rendu aux débuts de l’humanisme éclipsés par l’époque brillante des Lecteurs royaux et de la Pléiade.

  • Titre traduit

    Nicolas Bérauld, laissé pour compte des « Bonnes Lettres » Monography about the humanist born in Orleans Nicolas Bérauld (c. 1470-c. 1555)


  • Résumé

    This monography intends to highlight the fundamental contribution which was brought by Nicolas Bérauld (c. 1470- c. 1550), humanist born in Orleans at the beginning of the XVIth century, for the benefit of the establishment of a specific french humanism. Teacher, publisher, printer, librarian, jurist and even writer, this multitalented humanist, very famous during his time, has fallen in oblivion nowadays: he is, as the title of this work points it off, a laissé pour compte des « Bonnes Lettres » who needs to get back the appreciation he deserves. He relentlessly intervened in many fields of activity. He brought on a deep thinking about languages, as he was interested in latin improvisation and contributed to the rise of greek, still very little studied at the beginning of the XVIth century. The model of the grammaticus inspired his activities, exactly the way Quintilian figured it in his Institutio Oratoria, which means that he could be at the same time encyclopaedist, publisher, commentator and teacher. This versatile grammaticus was bound to tangle with every field of his time knowledge. This made Bérauld either to pay attention to the aesthetic and creative dimension of language, its « poïetic », or to get involved into the great ideological debates which stired up his time (as for politics, law or religion). To study the career of this humble teacher is also a way to pay tribute to the early stage of humanism, more or less put in the shade by the bright time of the Royal Lectors and of the Pleiade.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.