Compter sur Dieu. Les conséquences politiques de la Réforme catholique en France, Bavière et Pologne-Lituanie

par Damien Tricoire

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Denis Crouzet et de Martin Schulze Wessel.

Soutenue le 05-02-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Dire qu’il n’est pas possible de séparer la religion de la politique avant le XVIIIe siècle, c’est énoncer un lieu commun. Mais comment étudier l’influence des représentations religieuses sur la politique ? Si depuis Marc Bloch et Ernst Kantorowicz de nombreuses études ont été publiées sur la légitimation religieuse du pouvoir temporel, les autres dimensions de la politique, c’est à dire le développement et la réalisation de politiques, ont souvent été négligées. Ainsi, l’historiographie sur la Guerre de Trente Ans et la politique étrangère française sous Louis XIII distingue d’un côté des acteurs motivés religieusement et de l’autre des acteurs motivés politiquement et, de ce fait, ne peut appréhender de manière satisfaisante les débats politiques du XVIIe siècle.En examinant l’impact de la Réforme catholique sur le calcul politique, cette thèse de doctorat propose une démarche qui rassemble la religion et la politique dans toutes ses dimensions. Ce faisant, elle tente de développer de nouveaux récits de l’histoire politique. Les questions du parti dévot, de la Fronde, du caractère de la Guerre de Trente Ans et de l’échec de la monarchie polonaise sont reconsidérées. En outre, elle cherche à donner une vue d’ensemble de la Réforme catholique et de ses conséquences politiques. Une grande attention est accordée à l’émergence de nouveaux cultes politico-religieux favorisant la construction étatique, et en particulier au patronage marial étatique.

  • Titre traduit

    Counting on God : the Political Consequences of Catholic Reform in France, Bavaria, and Poland-Lithuania (1600-1660)


  • Résumé

    Common wisdom says that it is not possible to dissociate religion from politics before the 18th century. But how is it possible to study the influence of religious patterns on political action? Since Marc Bloch and Ernst Kantorowicz, a great deal of scholarly work has been written on religious legitimization of political power, yet the other dimensions of politics - the development of policies and the struggles around it - have been somewhat neglected. Historiography about the Thirty Years’ War or French foreign policy under Louis XIII still postulates a dichotomy between religiously and politically motivated actors and, because of this, fails to analyse properly the political debates of the 17th century. Examining the influence of Catholic reform on political calculation in the first half of 17th century, the doctoral thesis proposes a way bridging religion and politics in all its dimensions, and in so doing develops new narratives of political history. The questions of the resistance to war in France, of the Fronde, of the character of the Thirty Years’ War, and of the failure of the Polish monarchy are re-considered. Furthermore, this work provides a general view of Catholic reform and of its impact on political life. It pays particular attention to the new religious-political cults propelling state construction, and especially to the State Marian patronage.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.