Les réseaux d’information et la circulation des nouvelles autour de l’exil de Marie de Médicis (1631-1642)

par Sophie Guérinot-Nawrocki (Guerinot)

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Lucien Bély.

Soutenue le 04-01-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    En 1631, Marie de Médicis (1573-1642), reine de France, opposée à la politique de Richelieu, quitte précipitamment le royaume pour trouver refuge à la cour de Bruxelles. Jusqu’à sa mort en 1642, elle ne réussit jamais, malgré maintes tentatives, à rentrer en France. Elle vit dans les Pays-Bas espagnols jusqu’en 1639, puis, après un bref passage dans les Provinces-Unies, à Londres jusqu’en 1641, pour finir ses jours à Cologne. Alors que la guerre de Trente ans déchire l’Europe, Marie de Médicis tisse des liens avec les princes, mais aussi avec d’autres émigrés français, tels que Gaston d’Orléans ou la duchesse de Chevreuse. A travers cette situation exceptionnelle, nous étudions les réseaux, officiels ou secrets, qui se font et se défont autour de ces émigrés. La mise en place des réseaux et leur bon fonctionnement sont assurés par des hommes, ambassadeurs, courtisans, serviteurs, qui ont chacun des profils et des ambitions différents. Leurs histoires individuelles permettent de restituer la logique organique de cet ensemble complexe et mouvant à travers lequel circulent des nouvelles. Celles-ci sont analysées du point de vue matériel de leur support et de leur acheminement, mais aussi en fonction de leur contenu, qui varie selon les circonstances et les tensions politiques du moment. La circulation et les mutations de l’information ont sur la diplomatie des incidences qu’il faut évaluer. De plus, elles reflètent des idées politiques et révèlent des codes, des symboles, des représentations et des comportements particuliers. La mise en scène de l’information devient alors un objet d’étude fondamental.

  • Titre traduit

    Information Networks and circulation of news about Mary de’ Medici’s exile (1631-1642)


  • Résumé

    In 1631, Mary de’ Médici (1573-1642), queen mother of the French king, opposed to Richelieu’s government, precipitately leaves the kingdom to find shelter at the court of Brussels. Until her death in 1642, she never succeeds, in spite of many attempts, to be allowed to come back to France. She lives in the Spanish Netherlands from 1631 to 1639. Then, after a short passage through the United Provinces, she stays in London until 1641, to move out again to Cologne, where she finally dies. Whereas the Thirty Years War tears Europe to pieces, Mary de’ Médici weaves bonds not only with foreign princes, but also with other French banned emigrants, such as Gaston of Orleans or the duchess of Chevreuse. The study of this outstanding situation reveals official or secret networks, which are built up and undone around those emigrants. The making and good working of those networks are ensured by a pool of ambassadors, courtiers, servants, who have various profiles and follow different purposes. By rebuilding the individual stories of these men, we can disclose the organic logic of this complex and moving party, in which the news arise and flow. We try to provide an analysis from the point of view of the material support and routing of information, but also according to its content, which may vary following the peculiar circumstances and political issues. The circulation and changes of the news affect the diplomatic deeds in a way that must be investigated and explained. Moreover, information, as a mirror of political thoughts, is reflecting codes, symbols, representations and behaviors. Therefore, the setting and showing of information can be seen as a significant matter for political studies.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.