La question de la soumission volontaire et les mécanismes du pouvoir politique : une esquisse théorique et une étude de cas sur la Corée du sud des années 1990

par Gira Lee

Thèse de doctorat en Sciences sociales et philosophie de la connaissance

Sous la direction de François Chazel.

Soutenue le 02-02-2011

à Paris 4, dans le cadre de Ecole doctorale 5 Concepts et langages (Paris).


  • Résumé

    Pour aborder le déclin du mouvement étudiant et le changement d’attitude politique des jeunes Sud-Coréens dans les années 1990, cette recherche reprend la question classique de la soumission volontaire. La première partie explore, sur le plan théorique général, les mécanismes de la domination et du consentement à obéir. La seconde partie analyse des phénomènes particuliers à la Corée du Sud en s’appuyant sur la perspective théorique élaborée dans la première partie. A travers l’observation focalisée sur le rapport entre contrainte et légitimation, et en tenant compte du point de vue des acteurs soumis, la recherche démontre que la contrainte est toujours la base primordiale de la légitimation, même dans la domination dite démocratique. Elle suggère que, étant formellement libres mais pratiquement obligés de se comporter en fonction des dispositifs institutionnels du système démocratique libéral, les individus ont une affinité élective avec l’idéologie soutenant ces dispositifs, car elle leur fournit une bonne source d’autojustification de leur comportement de soumission. La mise en lumière de l’interaction de la contrainte et de la légitimation permet de mieux saisir la « docilité » des étudiants sud-coréens et leur implication dans l’idéologie de la globalisation sous le gouvernement civil.

  • Titre traduit

    The Issue of Voluntary Submission and the Mechanisms of Political Power : a Theoretic Outline and a Case Study on South Korea in the 1990s


  • Résumé

    In order to approach the decline of student protest movement and the change of political attitude of young South Koreans in the 1990s, this research resumes the classic question of the voluntary submission. The first part investigates, at the general theoretical level, the mechanisms of domination and consent to obey. The second part analyses particular phenomena of South Korea, based on the theoretical perspective developed in the first part. Through the observation focused on the relationship between constraint and legitimation, and by taking the viewpoint of submitted actors into account, the research demonstrates that the constraint is always the essential base of the legitimation, even under the democratic settings. It suggests that, as formally free but practically obliged to behave according to the institutional arrangements of liberal democratic system, individuals have an elective affinity with the ideology supporting these arrangements, because it provides them with a good source of self-justification for their submissive behaviour. This research aims to shed light on the interaction between constraint and legitimation, and accordingly, to suggests better explanation of the "docility" of the South Korean students and their involvement in the ideology of globalization under the civilian government.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.