Plaute et Térence en France aux XVIe et XVIIe siècles

par Keiko Enomoto

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Georges Forestier.

Soutenue le 14-01-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF 17e-18e (laboratoire) .

Le jury était composé de Georges Forestier, Claude Bourqui, Emmanuel Bury.


  • Résumé

    Aux XVIe et XVIIe siècles, Plaute et Térence furent considérés comme les maîtres de la langue latine, et surtout comme ceux de la comédie. Ils furent cependant évalués et hiérarchisés en fonction d’une conception tout à fait spécifique, qui ne correspondait pas toujours à leurs propres comédies. Les deux auteurs possédaient en effet un statut préconstruit, incontesté, qui les maintenait pourtant dans une image imprécise. Afin d’éclaircir leur statut au XVIIe siècle, nous examinons leur place dans les programmes et la pratique théâtrale scolaires, au sein des différents cadres d’enseignement. Nous étudions également leur présence dans l’art de la traduction, car les versions françaises de Plaute et de Térence qui jalonnent les XVIe et XVIIe siècles contribuèrent non seulement à la naissance d’une théorie de la traduction, mais aussi à une réflexion sur l’art dramatique et la naissance de la « comédie française ». Nous questionnons enfin ce que ces deux dramaturges représentent, et ce qu’être jugé digne de leur succéder pouvait signifier. Enfin, nous tentons de savoir comment Molière a réussi, aux yeux de ses contemporains et successeurs, à synthétiser et à surpasser les qualités de Plaute et de Térence jusqu’à se substituer à eux dans leur rôle de référence. On espère, par cette analyse des multiples enjeux liés aux deux dramaturges latins, apporter une nouvelle contribution aux études sur le XVIIe siècle.

  • Titre traduit

    Plautus and Terence in France in the 16th and 17th centuries


  • Résumé

    In the 16th and 17th centuries, Plautus and Terence were regarded as the masters of the Latin language, and above all as the masters of comedy. They were, however, judged and rated according to a very specific concept, not always consistent with their own comedies. The two authors enjoyed a preconceived and undisputed status which, however, maintained them inside a vague image. In order to cast light on their status in the 17th century, this thesis examines their place in curriculums and theatre practice in schools, within different teaching contexts. Their presence in the art of translation is reviewed, as the French versions of Plautus and Terence that punctuate the 16th and 17th centuries contributed not only to the emergence of a theory of translation, but also to a reflection on dramatic art and to the birth of the “comédie française”. The thesis then looks at what those two playwrights represent and what it might have meant to be considered their worthy successor. Finally, an investigation of how Molière managed, in the eyes of his peers and successors, to combine and surpass the qualities of Plautus and Terence to even take their place as a standard is undertaken. With the thesis, it is intended to make a new contribution to the 17th century, through this analysis of the multiple issues related to the two Latin playwrights.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.