Les poètes jardiniers. L’Arcadie dans l’imaginaire des jardins du XVIIIe siècle

par Lorilee Mallet (Garbowski)

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Michel Delon.

Soutenue le 30-04-2011

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF 17e-18e (laboratoire) .

Le président du jury était Jacques Berchtold.

Le jury était composé de Michel Delon, Jacques Berchtold, John Dixon Hunt, Christophe Martin.


  • Résumé

    Le thème de l’Arcadie figure dans un grand nombre du jardins au XVIIIe siècle. Le tableau de Poussin Les Bergers d’Arcadie et la formule Et in Arcadia Ego sont indissociables, de nos jours, à la vision du locus Arcadie. Cependant, il n’y a aucune preuve que notre réception actuelle du tableau corresponde aux intentions de Poussin, ni à la vision du locus au XVIIIe siècle. Une appréciation de la réception du thème de l’Et in Arcadia Ego et de ses variantes au XVIIIe siècle s’avère utile, afin de comprendre la reprise de ce thème par les jardiniers de l’époque. Nous proposons d’examiner en détail l’évolution dans le temps de ce thème, dans la peinture, dans la poésie et dans les jardins. Nous mènerons un recensement des membres étrangers de l’Accademia degli Arcadi de Rome et de leurs jardins. Cette académie, à ses origines, était une association de poètes qui se réunissaient dans les jardins ou en plein air à la campagne afin décomposer et de réciter leurs œuvres, souvent liées aux thèmes de la nature. Nous sommes partis de l’hypothèse que cette académie serait l’un des vecteurs possibles de la diffusion du thème arcadien en Europe aux XVIIIe siècle. Les jardins que nous examinerons, tous au thème de l’Et in Arcadia Ego,appartiennent ou furent conçus, en dehors de l’Italie, par un Pastor ou Pastorella d’Arcadia (un membre de l’Accademia degli Arcadi).

  • Titre traduit

    The Gardener Poets. Arcadia in the notional imagery of the eighteenth-century garden


  • Résumé

    The arcadian theme is prevalent in a large number of eighteenth-century gardens. Poussin’s painting TheArcadian Shepherds and the enigmatic ‘Et in Arcadia Ego’ are now indissociable from our vision of thelocus Arcadia. Nevertheless, there is no proof that our actual reception of the image corresponds to Poussin’s intentions, or to the vision of this locus in the eighteenth-century. An appreciation of thereception of the theme of Et in Arcadia Ego and it’s eighteenth-century variants is useful, in order tounderstand the adoption of the theme by the gardeners of the period. We propose to examine in detail it’sevolution over time, in painting, poetry and landscape. We will conduct an identification and census of theforeign (non-Italian) members of the Accademia degli Arcadia of Rome and their gardens. This academy, atit’s origin, was an association of poets who met in gardens and in the surrounding countryside in order tocompose and recite their work, which dealt frequently with themes from nature. We are working under thehypothesis that this academy was a possible vector for the propagation of the arcadian theme in theeighteenth century garden. The gardens which we examine in detail each deal specifically with the theme ofEt in Arcadia Ego and apart from two exceptions are either created by, or in collaboration with, a foreignArcadian Pastor or Pastorella.(designation of a member of the Accademia degli Arcadi).


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.