Le roman ironique depuis 1980 : Kundera, Echenoz, Chevillard, Toussaint

par Jia Zhao

Thèse de doctorat en Langues et littératures francaises

Sous la direction de Alain Schaffner.

Le président du jury était Bruno Blanckeman.

Le jury était composé de Alain Schaffner, Bruno Blanckeman, Claude Coste, Pierre Schoentjes.


  • Résumé

    L’ironie est de retour. Nous assistons aujourd’hui à une production abondante d’œuvres littéraires et artistiques qui sont caractérisées par une "légèreté méditative". Cette ironie est souvent qualifiée d’ironie postmoderne du fait de ses liens avec l’ensemble des symptômes culturels de la société postmoderne. L’ironie postmoderne s’est affirmée dans la création littéraire hexagonale avec l’ascension d’une nouvelle génération d’écrivains des Editions de Minuit dont les plus représentatifs sont Jean Echenoz, Eric Chevillard et Jean-Philippe Toussaint. S’y ajoute Milan Kundera, auteur appartenant à une autre génération et à une autre culture. Chez ces écrivains, l’ironie est non seulement utilisée comme un moyen de mise à distance de l’écriture, elle exprime aussi une vision du monde que l’on pourrait appeler le "désenchantement rieur". Nous creusons dans notre étude le rapport de l’ironie avec la question de l’existence. L’ironie est d’abord une conscience clivée. Cet état de conscience se concrétise dans un mode de discours qui s’offre à la fois comme l’extériorisation de la conscience clivée et un moyen de se procurer une vue d’ensemble. Les questions que nous voulons approfondir dans la présente étude sont les suivantes : où nous situons-nous dans ce long processus de séparation ? que devient le sujet, son action et sa manière d’être dans le monde ? quel est le mode de discours dérivé de la conscience de ce sujet contemporain ? Nous essayons d’y répondre, à partir de nos réflexions sur le phénomène de l’ironie dans la représentation littéraire contemporaine.

  • Titre traduit

    The ironic novel since 1980 : Kundera, Echenoz, Chevillard, Toussaint


  • Résumé

    Irony is back. Today, we are witnessing a burst of literary and artistic productions which are characterized by "thoughtful lightness". The irony is often described as postmodern irony because of his bonds with the entire cultural symptom of the postmodern society. With the rise of writers of a new generation of Editions de Minuit among whom Jean Echenoz, Eric Chevillard and Jean-Philippe Toussaint are predecessors, the postmodern irony has asserted itself in French literary creation to which added Milan Kundera who is a writer of another generation and of another culture. Irony of these writers is not only used as a way to distance from the writing, but also a vision of the world that we would call it the "cheerful disenchantment". We explore the relationship of irony and question of existence in our research. First of all, irony is a cleaved conscience. Such conscience state has come true in a mode of speech as exteriorization of the cleaved conscience and a way of obtaining an overview. In this research, we would like to go into detail the following questions: where shall we be situated is the long process of separation? What have the subject, his action and his way of being become? Which is the mode of speech that is derived of the conscience of this contemporary subject? We try to answer these questions with our reflections brought to the irony phenomenon in the contemporary literary representation.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par L'Harmattan à Paris

L'ironie dans le roman français depuis 1980 : Echenoz, Chevillard, Toussaint, Gailly

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.