Déjouer la transgression : du dandysme au terrorisme des images littéraires, plastiques et cinématographiques

par Jean-Baptiste Chantoiseau

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Murielle Gagnebin.

Le président du jury était Paolo Tortonese.

Le jury était composé de Murielle Gagnebin, Paolo Tortonese, Claudine Mitchell, Jacques Dürrenmatt, Christiane Page.


  • Résumé

    Les représentations artistiques de la transgression aux XXe et XXIe siècles offrent souvent au regard un spectacle violent et macabre. Son intensité attesterait l’existence d’une "pulsion de mort" (Freud, 1920) tout comme elle scellerait ce lien entre l’érotisme et la mort dépeint par Georges Bataille. Déjouer un tel "terrorisme de la transgression", qui épuise aussi bien l’œuvre que son spectateur, invite à démasquer le conformisme et les falsifications de telles entreprises. Aux antipodes de ces postures, existent d’autres manières d’envisager la transgression en art afin de faire de celle-ci l’occasion d’un questionnement en profondeur, ébranlant toute certitude. Ce « dandysme de la transgression » engage un travail formel intense. L’analyse d’un vaste corpus, aussi bien littéraire (Wilde, Barbey d’Aurevilly, Bataille, Genet…) plastique (Blake, Cocteau…) que cinématographique (Visconti, Bresson…), révèle un spectre de stratégies visant à jouer, affronter ou dépasser la transgression. Seule une attention aiguë portée aux spécificités de ces univers artistiques permet le dévoilement de trajectoires singulières, aux enjeux opposés : là où l’émergence de la transgression pose parfois problème (Bresson), c’est ailleurs dans l’impossibilité de lui échapper que réside le drame (Lynch). À y regarder de plus près, le secret de l’esthétique et de l’éthique des œuvres, à l’ère contemporaine, se déchiffrerait tout particulièrement dans l’observation du sort réservé aux limites et aux interdits. Doit aussi être soutenue la thèse d’un rôle central non plus d’une hypothétique "pulsion de mort" mais de l’inceste au cœur de toute démarche transgressive authentique.

  • Titre traduit

    Thwarting Transgression : from Dandyism to Terrorism : Images in Literature, Art and Film


  • Résumé

    Artistic portrayals of transgression in the 20th and 21st centuries often present a violent, macabre spectacle. Its intensity would appear to simultaneously attest to a "death wish" (Freud, 1920) and forge a link between eroticism and death as depicted by Georges Bataille. Thwarting such "transgression terrorism", which exhausts both the work and the spectator, is an invitation to unmask the conformism and falsification involved in such endeavours. At the opposite extreme to these approaches exist other manners of envisaging transgression in art that seek to use it as an occasion for in-depth questioning or to shatter certitudes. This "transgression dandyism" involves intensive formal work. Analysis of a vast corpus, at once literary (Wilde, Barbey d’Aurevilly, Bataille, Genet…), plastic (Blake, Cocteau…) and cinematographic, reveals an array of strategies aiming to play on, confront or transcend transgression. Only on examination of the particularities of these artistic universes do singular trajectories with antithetical goals become manifest: whereas for one creative mind the emergence of transgression occasionally presents a problem (Bresson), for another the drama resides in the impossibility of escaping it (Lynch). On closer scrutiny, the secret of aesthetics and ethics in contemporary works might be elucidated by observing the fate reserved for limits and taboos. That the central role in any authentic transgressive approach is no longer played by a hypothetical "death wish" but by incest is also tenable.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.