Pour une poétique du lien dans l'écriture fragmentée de David Markson (1927-2010)

par Sophie Cordier-Noël

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Marie-Christine Lemardeley.

Le président du jury était Françoise Palleau-Papin.

Le jury était composé de Marie-Christine Lemardeley, Françoise Palleau-Papin, Claire Maniez, Claude Delmas.


  • Résumé

    La fragmentation apparente de l’écriture de David Markson, de Reader’s Block (1996) à TheLast Novel (2007), s’assortit d’une continuité assumée par une voix narrative mise en scènejusque dans sa prétendue disparition. Malgré le rejet des conventions fictionnelles annoncédans This is Not a Novel (2001), Markson fait preuve d’un attachement paradoxal au roman,jouant du caractère protéiforme du genre jusqu’à l’excès plutôt que jusqu’à l’épuisement, dansun style aussi prolifique que minimaliste qui fait la part belle au non dit malgré la présenceoccasionnelle de commentaires métafictionnels. L’analyse de l’ensemble éclectique des écritsde David Markson (1927-2010) montre que la pratique de la citation, qui constitue l’essentielde la matière de ses derniers textes, est à l’oeuvre dès ses débuts d’auteur, et que sousl’apparence d’une différence radicale ses derniers « romans » comportent des traces de sonpassage par le roman policier, l’anthologie, le western, la poésie, ou des formesd’autobiographie et de monologue intérieur. L’influence de Malcolm Lowry dépasse le cadrede l’étude que David Markson consacra à Au-dessous du volcan, ou de son propre « romanmexicain ». Des instruments linguistiques, énonciatifs et cognitifs, permettent d’explorer lefonctionnement du roman « expérimental » de David Markson, et de mettre en évidence lerôle liant de l’anaphore et des marques d’énonciation dans une écriture faussement disjointe etneutre. Donnant à voir ce que masque l’idée de rupture, devenue conventionnelle, le lien soustendla phrase, le texte, et l’oeuvre, malgré un éclatement – partiel – de l’écriture en fragments,et un bouleversement – relatif – de la linéarité

  • Titre traduit

    Towards a poetics of connection in the fragmented texts of David Markson (1927-2010)


  • Résumé

    The seeming fragmentation of David Markson’s writing from Reader’s Block (1996) to TheLast Novel (2007) is combined with a form of continuity led by a narrative voice whoseapparent vanishing is merely staged. Despite his claiming to reject all fictional conventions inThis is Not a Novel (2001), Markson proves paradoxically attached to the novel as a form,exploring the multiple possibilities of the genre rather than driving it to exhaustion. His styleis both minimalist and profuse, and leaves much unsaid despite existing – if occasional –metafictional comments. A close reading of the miscellaneous works by David Markson(1927-2010) shows that his extensive use of quotations, making up the main material of hislater works, was a very early hallmark of his writings. For all their apparently radicaldifference, his later texts still bear signs that can be traced back to previous literaryexperiments as varied as detective novels, an anthology, a western, poetry, quasiautobiographyand interior monologue. Malcolm Lowry’s influence on Markson’s workreaches beyond his early study of Under the Volcano and his own « Mexican novel ». Placingthe text under close scrutiny by means of linguistic tools, mainly enunciative and cognitive,provides evidence of the linking role of anaphoric devices and of a subjective handling of adeceitfully disconnected and neutral writing. The search for breaks and breaches has nowbecome conventional, but actually conceals what can be revealed when looking forconnections. Indeed, continuity still underpins sentence, text and work, despite a (partial)splitting of the text into fragments and a (relative) upsetting of linear order

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.