Multiculturalisme et ethnicité en Amazonie bolivienne : la gestion publique des différences ethniques et l'invention des indiens Tacana

par Enrique Herrera Sarmiento

Thèse de doctorat en Sociologie, démographie

Sous la direction de Françoise Lestage.

Soutenue le 07-11-2011

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Europe latine et Amérique latine (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (équipe de recherche) .

Le président du jury était Danilo Martucelli.

Le jury était composé de Françoise Lestage, Danilo Martucelli, Christian Gros, Carmen Salazar-Soler, Dominique Vidal.


  • Résumé

    Cette thèse analyse le surgissement des Tacana, un groupe indien qui s’est formé il y a quelque vingt ans dans le nord de l’Amazonie bolivienne, au moment même où se mettaient en place un ensemble de réformes étatiques visant à construire un modèle de citoyenneté dans le respect de la diversité ethnique. L’apparition des Tacana est un évènement moderne et contemporain ; ses acteurs sont des descendants des gens qui arrivèrent dans cette région à la fin du XIXème siècle, venant de différents départements du pays, et qui fournirent la main-d’œuvre d’un système d’extraction forestière qui exploita d’abord le caoutchouc, et ensuite d’autres ressources de la forêt amazonienne. L’étude a ainsi pour toile de fond les interactions entre les travailleurs forestiers et les industriels qui contrôlent l’économie régionale. Ce phénomène de conversion ethnique est vu sous trois angles. On analyse la façon ! dont les travailleurs se sont approprié l’ethnonyme « Tacana » et l’ont utilisé pour se faire entendre et pouvoir profiter des réformes étatiques. On montre comment ils ont cherché à affirmer et à justifier leur existence en tant groupe spécifique au travers des recensements organisés par les organismes de l’État et par les instances internationales qui travaillent à la défense des droits indigènes. Enfin, la particularité de ce phénomène apparaît dans les actions collectives qu’ils ont entreprises dans le but de devenir propriétaires d’une aire territoriale indigène collective, ce qui était la raison fondamentale de leur choix de « devenir Indiens ». Par-delà le cas des Tacana, il est démontré que les politiques étatiques qui cherchent à gérer les différences ethniques ne sont pas le résultat de demandes sociales mais que, tout au contraire, ces demandes sont la conséquence de l’application de ce type de politiques.

  • Titre traduit

    Multiculturalism and ethnicity in Bolivian Amazonia : the governmental management of ethnic differences and the creation of the Tacana indigeneous people


  • Résumé

    This thesis studies the rise of the Tacana, an indigenous group formed in Bolivian Amazonia two decades ago, when different State reforms aimed at constructing a citizenship model based on respect for ethnic diversity. The emergence of the Tacana is a contemporary phenomenon involving part of the descendants of those groups who arrived in the region during the late 19th Century coming from different parts of the country. These people formed the labor force for a forest extraction system which initially exploited rubber but later extended its activities to other forest resources. Against this background, the situation has been analyzed in this study interms of the interactions between the forest laborers and the business management that controls the local economy. The thesis explores how, in this ethnic conversion process, forest laborers have used the “Tacana” identity to achieve visibility as well as benefit from the ethnic State reforms. The study shows how these laborers sought to justify their differential existence formally through census registrations made by State institutions which were backed up by international institutions involved in the defense of Indigenous Rights. The particularity of this process is also examined from the point of view of collective action undertaken by the new ethnic group to become the legal owners of a collective indigenous land –the primary factor that explains why they chose to become ethnic subjects. Our investigation shows that State policies that seek to manage ethnic differences are not triggered by social demands; rather, this sort of demand is a direct consequence of policy application.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.