Le bilinguisme dans les pratiques professionnelles : de l’obstacle à la ressource. Une approche conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique

par Roxana Taquechel Rodriguez

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Patrick Renaud.

Soutenue le 06-05-2011

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Langage et langues (Paris) , en partenariat avec Recherche sur le français contemporain (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Francine Cicurel.

Le jury était composé de Patrick Renaud, Francine Cicurel, Georges Lüdi, Lorenza Mondada, Anne-Claude Berthoud.


  • Résumé

    Grâce à une observation ethnographique menée durant trois ans sur trois terrains d’étude différents (une agence d’architecture, une organisation intergouvernementale et un réseau social professionnel), et à partir d’une approche inspirée de l’analyse conversationnelle (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1974)d’inspiration ethnométhodologique (Garfinkel, 1967), notre recherche vise à repérer les « méthodes » qu’utilisent les membres afin de se coordonner dans la résolution des problèmes, dans la prise de décision et dans la co-élaboration des solutions professionnelles en mobilisant pour ce faire plusieurs ressources langagières.Lorsque l’on parle de « plurilinguisme » en milieu professionnel, la question sur ses conséquences en tant que ressource ou obstacle est souvent posée. Loin de considérer la diversité linguistique comme un phénomène pré-existant à l’interaction dans des espaces professionnels internationaux, nous essayerons d’approcher cette « diversité » à partir d’une perspective analytique endogène. C’est pourquoi dans le cadre du projet européen Dynamiques des Langues et Gestion de la diversité (DYLAN), la présente thèse s’intéresse avant tout au caractère contraignant ou non du plurilinguisme pour l’accomplissement d’une activité. À cet égard, nous étudierons la manière dont les acteurs sociaux se servent des ressources langagières plurilingues pour organiser leurs actions (Mondada, 2007) et participer chacun à sa manière aux activités communicatives et traiter par là même des difficultés dues à l’utilisation d’une langue. C’est en tenant compte des limites de la dichotomie ressource ou obstacle que nous décrirons comment le plurilinguisme est une pratique ajustée aux contingences de la situation communicative d’où elle émerge.Nous nous intéressons particulièrement à l’analyse des événements de la parole où la co-existence de plusieurs « répertoires verbaux » (Gumperz, 1964) apparaît, soit comme un ensemble de ressources conversationnelles utilisées dans leur continuité linguistique, soit comme un problème résolu localement pour la progression de la communication. Dans cette thèse, nous avons identifié deux configurations principales du plurilinguisme en situation de travail. Il s’agit d’une hétérogénéité des répertoires verbaux constituée en objet du discours et exploitée par les participants dans la résolution des problèmes communicatifs. Cette hétérogénéité exhibée par les membres eux-mêmes est observable dans des séquences de thématisation du choix linguistique, dans des séquences de recherche de mots (Goodwin et Goodwin,1986) et dans des séquences de réparation (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977). Il s’agit aussi d’une hétérogénéité ignorant toute structuration du répertoire concerné en langues. Cela a été reconnu au sein des séquences de désaccord ou de désalignement (Stivers, 2008) et dans des séquences insérées dans des formats spécifiques de participation (Goffman, 1963, 1981) où les ressources plurilingues ne sont pas thématisées,mais bien mises à la contribution de l’accomplissement pratique de l’activité.

  • Titre traduit

    Bilingualism in Professional Practices : From Obstacle to Resource. A conversational Approach of Ethnomethodological Inspiration


  • Résumé

    Based on a three-year ethnographic study in several multilingual professional settings (an architecture firm, an intergovernmental organization and a professional social network) with an approach grounded in ethnomethodologically-inspired conversational analysis (CA) studies (Garfinkel, 1967;Schegloff, Jefferson and Sacks, 1974), our research seeks to discern the methods used by members incoordinating their actions to resolve problems, making decisions, and co-elaborating professional solutions,all with the help of a variety of linguistic resources.When we speak of “multilingualism” in the professional setting, the question of its consequences as a resource or obstacle is often posed. Rather than considering linguistic diversity as a phenomenon that preexists interaction in international professional settings, we will attempt to approach this “diversity” from an endogenous analytical perspective. In the framework of the European project Language Dynamics and Management of Diversity (DYLAN), this dissertation is therefore interested above all in the constraining versus non-constraining character of multilingualism in the accomplishment of an activity. In this respect, we will study the way in which social actors use multilingual language resources to organize their actions(Mondada, 2007), participate in their own manner in communicative activities, and treat difficulties linkedwith the use of a language in this very way. By taking into account limits of the resource or obstacle dichotomy, we will describe how multilingualism is a practice adjusted to the contingencies of the communicative situation from which it emerges.We are particularly interested in analyzing speech events featuring the coexistence of several “verbalrepertoires” (Gumperz, 1964), either as a group of conversational resources used in their linguisticcontinuity, or as a problem resolved locally by the progression of communication. In this dissertation, we have identified two main configurations of multilingualism in the workplace. This entails heterogeneity inverbal repertoires represented in an object of discourse and used by participants in the resolution of communicative problems. This heterogeneity displayed by the members themselves is observable inlinguistic choice topicalization sequences, word search sequences (Goodwin and Goodwin, 1986), and repair sequences (Schegloff, Jefferson and Sacks, 1977). This also entails heterogeneity that disregards all repertoire structuring concerned in languages. This has been recognized within disagreement or disalignmentsequences (Stivers, 2008) and in sequences inserted into specific formats of participation (Goffman, 1963,1981), in which multilingual resources are not topicalized, but rather, contribute to the practical accomplishment of the activity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.