Prendre la parole en Ouganda : critique et citoyenneté sous l'hégémonie du mouvement de résistance nationale (NRM)

par Florence Brisset-Foucault

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jacques Gerstlé.

Soutenue en 2011

à Paris 1 .

Le jury était composé de Richard Banégas, Dorothea Elisabeth Schulz, Yves Sintomer.

Les rapporteurs étaient Jean-François Bayart, John Lonsdale.


  • Résumé

    Une approche combinant ethnographie, sociologie et histoire des phénomènes de discussion et de prise de parole permet de mieux comprendre les formes de la citoyenneté, les registres de la critique et, au final, l'exercice du pouvoir. En prenant l'exemple de discussions en assemblée diffusées en direct à la radio en Ouganda, les ebimeeza, cette thèse se veut une opportunité de reposer la question de «l'espace public» en la confrontant à une démarche de sociologie historique du politique et en posant la question des modalités de son transfert dans un cadre extra-européen. Prendre l'Ouganda comme cadre de cette étude s'avère particulièrement heuristique du fait de la nature spécifique du régime du Mouvement de résistance nationale (NRM) en place depuis 1986. A travers une série de « compromis hégémoniques » avec différentes forces politiques, les élites du régime ont mis en place un système politique original, la « démocratie du Mouvement » caractérisé par la diminution drastique de l'activité des partis politiques, la mise en place de dispositifs participatifs au sein desquels la prise de parole populaire se voyait attribuer un rôle souverain au niveau local et la réduction des institutions précoloniales, notamment le puissant royaume du Buganda, à un rôle «culturel». En partant de l'exemple des ebimeeza, cette thèse propose de décrypter la manière dont les élites du NRM ont tenté de façonner la parole médiatique et imaginé un «espace public bifide», caractérisé par une séparation entre la parole des élites éduquées et urbanisées et celle des classes populaires rurales. Si, dans un mélange de coercition et de compromis notamment avec les journalistes, l'ambition hégémonique du régime a relativement bien réussi, les ebimeeza sont aussi le creuset de mode��les spécifiques «d'espaces publics», notamment d'un «espace public royaliste», lui-même un observatoire des débats internes au royaume du Buganda et de sa tentative de redéfinir sa place et sa nature sous hégémonie.

  • Titre traduit

    To voice in Uganda : Criticism and citizenship under National resistance Movement (NRM) hegemony


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (844, 325 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 784-834

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : D 11 : 14
  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque de l'UFR de Science politique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/P2011-9,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/P2011-9,2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1511-2011-39
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.