Effects of intensity and scale of production on environmental impacts of poultry meat production chains : Life Cycle Assessment of French and Brazilian poultry production scenarios

par Vamilson Prudencio Da Silva Junior

Thèse de doctorat en Sciences de l’environnement

Sous la direction de Sebastiao Roberto Soares et de Michel Bonneau.

Soutenue en 2011

à Rennes, Agrocampus Ouest .


  • Résumé

    Actuellement, la production animale est en hausse significative en réponse à une demande croissante, résultant de la croissance économique et démographique principalement dans les économies émergentes. Récemment, le Brésil a dépassé la France comme exportateur de volaille. Le secteur de la volaille au Brésil est en plein essor, ce qui entraîne une forte augmentation de la densité de volailles dans certaines régions du pays. Pendant ce temps, en France, le secteur de la volaille se contracte en raison de la concurrence directe avec les économies émergentes qui peuvent offrir le produit pour le marché Européen et du Moyen-Orient à un moindre coût. Les préoccupations concernant les impacts environnementaux associés à la production de volailles nécessitent des études des systèmes de production de volailles, utilisant des méthodologies appropriées. L'Analyse du Cycle de Vie (ACV) est une méthodologie qui fournit une base scientifique solide pour effectuer une quantification multicritère des impacts des systèmes de production animale en matière d'environnement. L'approche ACV utilise un concept basé sur la comptabilité d'entrée / sortie au long du cycle de vie du produit, souvent révélateur que la production de viande dans les systèmes d'élevage intensif optimise l'utilisation des ressources, générant moins d'impact par kg de produit que dans les systèmes extensifs. L'objectif scientifique de ce travail est d'analyser les effets de "l'intensité" et "l'échelle" de la production sur les impacts environnementaux des filières de production de volaille à travers une comparaison de filières contrastées de production de viande de poulet. L'intensité fait référence aux pratiques de production visant à accroître la production par animal et / ou unité de terre occupée. Les systèmes intensifs utilisent des niveaux plus élevés d’intrants (engrais, aliments, bâtiments) que les systèmes extensifs. Les systèmes intensifs ont souvent une densité plus élevée (plus grand nombre d'animaux par m²) que les systèmes extensifs. L'échelle de production représente la taille des installations de production (bâtiments) et le nombre d'animaux élevés sur une même ferme. L'étude de cas de l'ACV appliquée aux systèmes de production de poulets de chair au Brésil et en France a confirmé les plus faibles impacts environnementaux pour les systèmes plus intensifs, mais a également montré que la distance de transport (des aliments jusqu’à la ferme et de la viande au consommateur) ont eu une influence plus grande sur les impacts environnementaux que l'échelle de production. D'un point de vue environnemental, l'importation de poulet en provenance du Brésil était préférable à la production de poulet en France avec du soja brésilien, pour les impacts changement climatique et l'occupation des terres, qui sont des impacts globaux. En ce qui concerne l'acidification, écotoxicité terrestre et la demande d'énergie, le poulet importée du Brésil avait des impacts environnementaux plus marqués que le poulet produit en France. Dans tous les systèmes étudiés, il était clair que l'étape de production d'aliment avait le plus contribué aux impacts environnementaux de la production de viande de poulet. Cette étude a été réalisée en utilisant une approche novatrice pour l'estimation des impacts causés par la production de soja au Brésil, car elle considère une estimation de la superficie déboisée (et ses impacts sur l'environnement). En outre, l'étude a également montré que dans les études ACV impliquant le soja en provenance du Brésil, nous devrions tenir compte de leur région d'origine, comme les différentes régions ont des niveaux d'impacts environnementaux différents.

  • Titre traduit

    Effects of intensity and scale of production on environmental impacts of poultry meat production chains. Life Cycle Assessment of French and Brazilian poultry production scenarios


  • Résumé

    Currently, livestock production is increasing significantly in response to growing demand, resulting from economic and population growth mainly in emerging economies. Recently, Brazil overtook France as a poultry exporter. The Brazilian poultry sector is booming, resulting in increased poultry density in certain areas of the country. Meanwhile, in France the poultry sector is contracting due to direct competition with emerging economies that can offer the product for the European and Middle East market at a lower cost. Concern about the environmental impacts associated with poultry production requires the study of poultry production systems, employing appropriate methodologies. Life Cycle Assessment (LCA) is a methodology that provides a solid scientific background to perform a multicriteria quantification of livestock production systems’ environmental impacts. The LCA approach uses a concept based on input/output accounting throughout the product life cycle, often revealing that meat production in intensive livestock systems optimizes the use of resources, generating less impact per kg of product than in extensive systems. The scientific objective of this work is to analyse the effects of “intensity” and “scale” of production on the environmental impacts of poultry production chains through a comparison of contrasting chicken meat production chains. Intensity refers to production practices aiming to increase output per animal and/or unit of land occupied, intensive systems use higher levels of inputs (fertilizer, feed, buildings) than extensive systems. Intensive systems often have a higher density (greater number of animals per m²) than extensive systems. The production scale represents the size of production facilities (buildings) and the number of animals raised on the same farm. The LCA case study on broiler production systems from Brazil and France confirmed the trend of lower environmental impacts for more intensive systems, but also showed that the transport distance (of both animal feed and meat to the consumer center) had a larger influence on environmental impacts than the production scale. From an environmental point of view, importing chicken from Brazil rather than producing it in France with Brazilian soybeans, was better with respect to climate change and land occupation, which are both global impacts. With respect to acidification, terrestrial ecotoxicity and energy demand chicken imported from Brazil had larger impacts than the chicken produced in France. In all studied systems, it was clear that the broiler’s feed production stage contributed most to the environmental impacts of chicken meat production. This study was conducted using an innovative approach for the estimation of impacts caused by soya production in Brazil, since it considered an estimate of deforested area (and its environmental impacts). In addition, the study also showed that in LCA studies involving soybeans from Brazil, we should take into account their region of origin, as different regions have different levels of environmental impacts

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (153 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. (123-127 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : B 221
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.