Création d'une pratique théorique, d'une théorie pratique à partir des quatre éléments : les quatre éléments comme expérience des matières corporelles et comme idées qui stimulent les sensations et l'imagination pour la danse

par Ga-Young Lee

Thèse de doctorat en Arts, mention danse

Sous la direction de Marina Nordera.

Soutenue en 2011

à Nice .


  • Résumé

    Ce projet de recherche - création naît du désir de rendre intelligible la logique de la naissance du mouvement telle que le danseur la ressent. La naissance du mouvement dansé s'articule avec la naissance d'idées. Comment les matières corporelles donnent-elles naissance à des idées? Comment les idées peuvent-elles produire des matières corporelles? Pour répondre à ces questions, les vécus du chorégraphe danseur sont analysés durant le processus d'une création sur les quatre éléments. Le travail sur l'élément terre éclaircit la relation qu'entretient le danseur avec la gravité. C'est la dimension affective de l'épreuve du poids qui motive chacun des gestes de la chorégraphie. Le travail sur l'élément air examine la question de l'empathie kinesthésique. Est proposée une danse qui n'est plus à regarder, mais à écouter. L'état affectif du corps malade est la matière première du travail sur l'élément feu. L'analyse de la façon dont la société se comporte face à l'étrangeté de ce corps met en évidence la violence théorique qui s'exerce sur la chair affective. Une chorégraphie tente de redonner la parole à ce corps affectif. À partir de l'expérience de l'apesanteur telle qu'elle est vécue dans l'eau, le travail sur l'élément eau chemine jusqu'à la réalisation d'une vidéographie où s'exprime l'épreuve intime et vertigineuse du corps fusionnant avec l'eau. Cette première étape du travail, descriptive et expérimentale, permet d'établir une méthode spécifique: «le regard intime», qui fouille au plus profond des couches sensibles du corps et qui renonce aux concepts hérités du monde extérieur. La seconde partie du travail s'appuie sur ce regard pour décrire l'épreuve que fait le danseur de la spatialité et de la temporalité. Par le pli, le danseur retourne son regard vers l'intérieur et s'affecte de son espace interne. Ce pli vers le dedans est aussi une remémoration des vécus passés. La danse vit dans ce passé intime. Au cœur de cette intimité, la dynamique qui lie les élans de la chair et les élans de la pensée peut alors être décrite. Les créations présentées lors de la soutenance révèlent cette dynamique.

  • Titre traduit

    Creation of a theoretical practice, a pratical theory from four elements : four elements as experiences of the physical materials and as ideas that stimulate the feelings and imagination to dance


  • Résumé

    This project of research - creation is born from the desire to make intelligeble the logic of the birth of the movement such as the dancer feels it. The birth of the dance movement works with the birth of ideas. How do the physical materials give birth to ideas? How can the ideas produce physical materials? To answer these questions, the experiences of the choreographer dancer are analyzed during the process of a creation on the four elements. The work on the element « Earth » clarifies the relationship between the dancer and gravity. It is the emotional dimension of gravity's effects which triggers each of the movements of the choreography. The work on the element « Air » examines the question of the kinesthetic empathy. A dance is offered which is not to be looked at any more but listened to. The emotional state of the sick body is the raw material of the work on the element « Fire ». The analysis of the way in which society behaves in front of the strangeness of this body brings to light the theoretical violence which is inflicted on the emotional flesh. A choreography attempts to give back a voice to this emotional body. From the experience of the weightlessness such as lived in the water, the work on the element « Water » advances towards the realization of a videography which expresses the intimate and vertiginous experience of the body melting with the water. This first stage of the work, descriptive and experimental, enables a specific method to be established: «the intimate look», which searches in the depths of the sensitive layers of the body and which gives up the concepts inherited from the outside the world. The second section of the work relies on this look to describe the experience which the dancer has of the spatiality and temporality. Through the fold, the dancer looks inwards and feels the interior space. This inward look is also a further recall of past experiences. Dance lives in this intimate past. In the heart of this intimacy, the dynamics which bind the impulse of the flesh to the impulse of the mind can then be described. The creations are presented during the defense and reveal these dynamics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (390 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 372-393. Index. Résumés en français et en anglais

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2015 (1)
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2015 (2)
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2015(1) Bis
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2015 (2) Bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.