Murs blancs, peuple muet : entre visibilité et invisibilité, ethographie des pratiques de graff vandales et semi-légales

par Katia Fersing

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Jean-Yves Boursier.

Soutenue en 2011

à Nice .


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat en anthropologie propose une ethnographie des pratiques de graff dites « vandales » (illégales) et « semi légales » en milieux urbains. Après avoir mis en lumière les formes de marquage, autrement dit les différents supports et productions graphiques par le biais desquels les graffeurs matérialisent publiquement leur présence, c’est l’ensemble des stratégies déployées pour exercer leurs pratiques, qu’elles relèvent de la protection ou de l’infiltration, qui se situe au centre de l’attention. Cette étude propose également d’interroger le rapport que les « peintres » entretiennent avec l’espace et le temps urbains, ceci en fonction des modes opératoires développés. Pour rendre compte de ces objets, c’est l’approche comparative élaborée à partir de divers terrains d’enquêtes qui a été choisie, les deux principaux étant la région de Nice sur la Côte d’Azur ainsi que celle de Grenade en Andalousie. L’étude a ainsi révélé l’importance du contexte culturel dans le choix et l’exercice des formes de pratiques, tout comme elle a permis de mettre en lumière le caractère politique d’un acte rarement considéré et verbalisé comme tel.

  • Titre traduit

    White walls, dumb people : between visibility and invisibility, an ethnography of the called vandal and half legal graffiti practices


  • Résumé

    This PhD thesis in Anthropology offers an ethnography of the so called ‘vandal’ and ‘half legal’ graffiti practices in urban areas. It first highlightes the forms of markings, that is, the medium and production through which graphiti writers publicly materialize their presence. It then focuses on the wide range of strategies writers deploy in their practices, from protection to infiltration. This study also aims to interrogate the relationship between ‘painters’ and urban space and time, on the basis of their modus operandi. In an attempt to account for these objects, this study adopts a comparative approach to fieldwork, in this case mainly Nice (French Riviera, France) and the province of Granada (Andalousia, Spain) which casts analytical light not only on the impact of the cultural context oin writers’choices and practices, but also on the political character of a practice that is rarely considered and verbalised as such.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (490 p..)
  • Annexes : Bibliogr.p. 399-415. Index. Résumés en français et en anglais

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2014
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Lettres, arts et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2011 NICE 2014 Bis

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.