Vivre dans les montagnes arides ou sub-arides : l'aménagement des pentes dans l'Anti-Atlas central et occidental (Maroc)

par Mohamed Ziyadi

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de André Humbert.

Soutenue le 12-12-2011

à Nancy 2 , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Temps, Sociétés (LTS) (Nancy-Metz) , en partenariat avec CERPA - Centre d'Etude et de Recherche sur les Paysages - EA 1135 (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Pierre Husson.

Le jury était composé de Mohamed Aït Hamza, Brahim El Fasskaoui, Gérard Giuliato, Herbert Popp.


  • Résumé

    Les conditions de vie offertes par la montagne anti-atlasique aux populations ne sont guère favorables au travail de la terre : la pluviosité est très irrégulière et insuffisante, le sol est squelettique et caillouteux car il se développe à partir d'un substrat géologique ancien et sur des pentes fortes. Pour pallier ces conditions hostiles, la société montagnarde de l'Anti-Atlas marocain s'est efforcée depuis des siècles, peut-être même depuis des millénaires, d'aménager pratiquement toutes les pentes pour y fixer la terre arable et surtout pour y récupérer tout le ruissellement pluvial afin d'en imbiber les terres. Ces aménagements sont aujourd'hui parfois fossilisés par l'abandon de l'activité agricole et sont menacés de ruine ou de disparition. Cette situation est évidente dans toutes les contrées anti-atlasiques que nous avons parcourues. C'est une oeuvre et un savoir-faire paysans qui sont donc en danger. Il est important de les étudier alors que ces artefacts sont encore partiellement fonctionnels et qu'ils peuvent encore participer à l'enrichissement du potentiel culturel de cette montagne méridionale déjà si riche, par ailleurs, de paysages et de vestiges architecturaux de toute sorte.

  • Titre traduit

    Living in Arid and Semiarid Mountains : slope Management in Central and Western Anti-Atlas Mountains (Morocco)


  • Résumé

    The living conditions of the population in the Anti-Atlas Mountains are not ideal for agriculture: rains are very irregular and insufficient; the soil is skeletal and stony, as it develops from an old geological substratum and on steep slopes. To make up for those hostile conditions, for centuries and perhaps for millennia, the mountain society of the Moroccan Anti-Atlas has endeavoured to manage the slopes so as to preserve arable land and especially to capture rainfall runoff, so as to imbibe the land with it. Nowadays, those structures are sometimes fossilized and threatened with disrepair and destruction now that agricultural activities have come to an end. This situation is striking in all the Anti-Atlas areas I have travelled through. The work and the skills of local farmers are therefore in danger of being lost. It is essential to study those artifacts while they are still partly functional, as they can still enrich the cultural potential of this southern mountainous area, already rich of its many landscapes and architectural vestiges.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.