Les sens du "Ren" : ethnographie d'une école de Tai-chi

par Sylvain Rouanet

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jacques Gleyse.

Soutenue le 12-12-2011

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Santé et éducation, situation de handicap (um1) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Dans une première partie, une approche sociohistorique permet de dénaturaliser les catégories d'arts martiaux et de sports de combat forgées par des acteurs sociaux en lutte pour le contrôle d’un champ. Cette première étape permet d'identifier trois idéaux types : les combats codifiés, les combats culturalisés et les pratiques de self-defense. La deuxième partie démontre à partir des données de terrains recueillies que le Tai-chi peut être analysé comme une technique de soi et l’école de Tai-chi comme un dispositif visant à l’incorporation d’un éthos confucéen par les élèves. La troisième partie montre la subjectivation des élèves repose sur l’incorporation d’une culture kinesthésique. Cependant, les élèves transforment le dispositif d’éthopoïèse confucéen du maître en un dispositif d’exopoïèse. Le « Ren », forme idéalisée du lien social confucéen, devient une forme de non-lien social permettant d’enraciner l’école dans un imaginaire exotique. L’école devient ainsi un espace d'altérité radicale permettant un déplacement récréatif, une sublimation du quotidien. Cet espace devient ainsi un lieu privilégié de réinvention de soi.

  • Titre traduit

    The senses of the "Ren" : ethnography of a Tai-chi school


  • Résumé

    In the first part of thesis, a socio-historical analysis allows an unnaturalision of the concept of martial arts and combat sport created by social actors in their struggle for controlling a field. This first step enables us to identify three ideal types : the codified combat, culturalised combat and self-defence practice. The second part shows from the field data that Tai-chi could be analysed as a technology of the self and the Tai-chi school as an apparatus aiming at the embodiment of a Confucian ethos by the students. The third part points out that the student subjectivation lies on the embodiment of a kinaesthetic culture. However, the student transforms the Confucianist éthopoïesis apparatus into an exopoïesis apparatus. The « Ren », an idealised form of Confucianist social relations became a form of non-social relations rooting the school in an exotic imaginary. The school thus became a space of radical alterity enabling a recreative shift, a sublimation of everyday life. Thus, the school became a favoured place of self-reinvention.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?