Nominations ethnonymiques en Louisiane francophone. Production d'identités et subjectivités poétiques

par Marc Gonzalez

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Marie Prieur.

Soutenue le 12-12-2011

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Laboratoire de linguistique diachronique, de sociolinguistique et de didactique des langues (équipe de recherche) .

Le président du jury était Claudine Moïse.

Le jury était composé de Jean-Marie Prieur, Claudine Moïse, Jean-Léonard Léonard, Joseph Zitomersky.

Les rapporteurs étaient Claudine Moïse, Jean-Léonard Léonard.


  • Résumé

    L’étude porte sur un acte de re-dénomination essentiel, celui de donner un nouveau nom propre à un peuple en situation minoritaire. Cette communauté francophone de Louisiane est désignée par un paradigme ethnonymique d’une vingtaine de variantes orthographiques qui peuvent se réduire à quatre séries concurrentes : Cajun, Cadien, Acadien, Cadjin puis à la paire ethnonymique problématique Cajun/Cadien. C'est cette fluctuation dénominative que nous examinerons car chaque signifiant ethnonymique est associé à des représentations spécifiques qui construisent des identités ethno-linguistiques du groupe différentes voire concurrentes. Ce processus de redénomination censée revaloriser l’image communautaire est certes légitime dans un contexte d’étiolement linguistique et culturel mais ce Babel nominatif, cette « maladie du nom propre » appelée « dystropie ethnonymique » a un double coût, métapsychologique et sociologique, subjectif et identitaire. Nous assistons à un « forçage symbolique » car un « re-nom propre » pour être subjectivé ne devrait pas être imposé mais devrait plutôt opérer comme un désignateur référentiel, un désignant de reconnaissance communautaire, identitaire, et également un signifiant subjectivé qui appartient à ce que Jacques Lacan nomme « lalangue », parlant le sujet de l'inconscient et du désir. C’est par une opération de subjectivation que le sujet cajun/cadjin pourra s’identifier comme sujet cadien et ce processus semble aujourd’hui dynamisé en Louisiane par la renaissance d’une écriture poétique qui promeut l’ethnonyme Cadien par le biais d’un dispositif d’énonciation inter-subjectif chargé d’affects, qui ouvre le lecteur à une possible identification ethnonymique.

  • Titre traduit

    Non communiqué


  • Résumé

    The study relates to an essential act of re-designation, to give a new proper name to people in a minority situation. This French-speaking community of Louisiana is indicated by an ethnonymic paradigm of a score of spelling variants which can be reduced to four concurrent series: Cajun, Cadien, Acadian, Cadjin, then with the problematical ethnonymic pair Cajun/Cadien. It is this denominational fluctuation which we will examine because each ethnonymic meaning is associated with specific representations which build ethno-linguistic identities of the group which are different and even competing. This process of redenomination which is supposed to revalorize the community’s image is certainly legitimate in a context of a withering language and culture but this nominative Babel, this “disease of the proper name” called “ethnonymic dystropia” has a double cost, meta-psychological and sociological, subjective and identity. We are witnessing a “symbolical forcing” because a “re-naming of one’s self” must be subjective and not imposed, it should rather have an effect as a reference designator, an indication of a community recognition and of an identity recognition, and also an indication of a subjective meaning which belongs to what Jacques Lacan calls “lalangue” which is the subject of the subconscious and desire that is speaking. It is by an operation of subjectification that the cajun/cadjin subject will be able to identify itself as a cadien subject and this process seems to be energized today in Louisiana by the rebirth of a poetic writing which promotes the ethnonym Cadien by the means of a system of inter-subjective enunciation full of affect, which opens the reader to a possible ethnonymic identification.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.