Archéologie cinématographique et évolution des standards technologiques

par Yannick Pourpour

Thèse de doctorat en Cinéma

Sous la direction de François Amy de La Bretèque.

Soutenue le 14-11-2011

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Représenter, inventer la réalité du romantisme a l'aube du xxi ème siècle (équipe de recherche) .

Le président du jury était Laurent Jullier.

Le jury était composé de François Amy de La Bretèque, Laurent Jullier, Jean-Jacques Meusy, Valérie Vignaux.

Les rapporteurs étaient Laurent Jullier, Jean-Jacques Meusy.


  • Résumé

    Les technologies de projection et de diffusion des oeuvres cinématographiques ont la réputation d'être des facteurs d'importance négligeable. Or, à l'inverse, elles jouent un rôle fondamental dans leur diffusion et donc leur réception. Par ailleurs, ces technologies, bien que leurs grands principes fondateurs n'aient pas changé depuis près d'un siècle, sont au coeur d'un processus d'évolution perpétuelle. Ce processus permanent aura, lui aussi, un impact sur la manière dont des oeuvres, tournées à l'aide d'équipements aujourd'hui devenus obsolètes, vont se transmettre de génération en génération, par des processus de recopie et de duplication complexes, et dont les conséquences esthétiques et philologiques pour les films restent mal connues. Cette thèse a pour objectif d'étudier, dans une démarche archéologique, les modalités et les processus de cette double évolution à travers les traces que lèguent au présent oeuvres et contextes de diffusion disparus. Ce sont autant de « prophéties », selon le mot de Walter Benjamin, qui feront l'objet de réinterprétations et de réappropriations plus ou moins complexes par les générations suivantes, lesquelles lègueront à leur tour à la postérité des traces de leur propre passage. Cela engendre un complexe processus perpétuel de sédimentation, encore aujourd'hui mal connu, qui constitue le principal objet d'étude de cette thèse.

  • Titre traduit

    Non communiqué


  • Résumé

    The technologies involved in theatrical projection and the watching of movies have the reputation to be of neglible importance. On the contrary, they have an impact that is at the core of movie reception processes. Even though their basic principles have barely changed in almost a century, those technolgies are involved in a perpetual evolution process. It wil, too, have an impact as to how films shot using equipment now obsolete will require complex duplication and printing operations to ensure they keep being showed. The aesthetical, ethical and philological consequences of these operations are still partly unknown. So, this thesis aims to study, in an archeological way, the said evolution processes and their different consequences, focusing especially on the evidence obsolete and forgotten films or technologies bequeathed to us. In other words, this thesis studies the « prophecies », of the past, as Walter Benjamin put it, prophecies that will be subject to subtle and complex recycling by the next generations. Those will, in turn, hand down the mix they made to posterity, adding evidence of their own existence. That infinite sedimentation mechansim remains scarcely understood This thesis is meant as a contribution on this matter.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.