Les néoconservateurs afro-américains face à l"'affirmative action". Idéologie, enjeux, activisme (1975-2008)

par Delia Monica Lacan-Rus

Thèse de doctorat en Anglais, Civilisation

Sous la direction de Claudine Raynaud.

Soutenue le 21-10-2011

à Montpellier 3, dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier), en partenariat avec Etudes montpellieraines du monde anglophone (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Le nouveau conservatisme noir voit le jour dans les années 1975-1980 et s’impose comme une idéologie singulière, représentée par une élite intellectuelle (Thomas Sowell, Shelby Steele, Glenn Loury, Stephen L. Carter) graduellement institutionnalisée dans l’establishment conservateur. L’initiative personnelle, le self-help et le rejet des programmes politiques libéraux constituent les axes majeurs de cette doctrine. Les néoconservateurs afro-américains manifestent une grande confiance dans les principes économiques du libre-échange et rejettent l’interventionnisme d’État en faveur de la communauté raciale. L’attaque contre l’affirmative action s’accompagne du plaidoyer pour l’instauration de la norme de color blindness. Les actions entreprises dans le but de mettre un terme aux traitements préférentiels accordés aux minorités et aux femmes sont attentivement organisées par les acteurs de la droite américaine. Un réseau bien coordonné d’individus, des fondations conservatrices, organisations et groupes de réflexion se consacre à la promotion des stratégies color blind. Ward Connerly, homme d’affaires noir de Californie, est à la tête du mouvement pour l’abolition des traitements préférentiels accordés aux minorités et aux femmes. Bénéficiant d’un soutien fort de la part des institutions conservatrices, ses campagnes contre la politique préférentielle se concrétisent dans les États de Californie, du Washington, du Michigan et du Nebraska.

  • Titre traduit

    African-American Neoconservatives’ Attack on Affirmative Action. Ideology. Controversy. Action (1975-2008)


  • Résumé

    The new Black Conservatism emerges between 1975-1980 and is considered as a unique ideology. Its major representatives are intellectuals (Thomas Sowell, Shelby Steele, Glenn Loury, Stephen L. Carter) who are gradually “institutionalized” and integrated into the conservative establishment. Personal initiative, self-help and the contestation of liberal political programs represent the major axes of this ideology. Black neoconservatives greatly rely on the principles of free market economics and reject state interventionism in favor of the African-American community. Their attack on affirmative action is accompanied by attempts at instituting color blind politics. Actions undertaken in order to outlaw preferential treatment granted to minorities and women constitute a carefully organized operation. A well coordinated network of individuals, conservative foundations, organizations and think tanks are connected in this process and dedicate their efforts to advancing a color blind agenda. Ward Connerly, a black businessman from California, leads the movement for the abolition of preferential treatments granted to women and minorities. With the help of conservative institutions, his campaigns against preferential treatment put a ban of affirmative action in the States of California, Washington, Michigan and Nebraska.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.