Les fonctions cognitives de contrôle chez les personnes civiles traumatisées de la guerre du Congo

par Christelle Quénard

Thèse de doctorat en Psychologie Cognitive et Expérimentale

Sous la direction de Denis Brouillet.

Soutenue le 05-07-2011

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Dynamique des capacités humaines et des conduites de santé (équipe de recherche) .

Le jury était composé de Denis Brouillet, Stéphane Rusinek, Jean-Michel Vives.

Les rapporteurs étaient Stéphane Rusinek, Jean-Michel Vives.


  • Résumé

    Les personnes civiles traumatisées (ESPT) de la guerre du Congo rapportent de nombreuses intrusions de pensées par des images et des scènes des évènements vécus. Ces intrusions apportent une souffrance clinique importante. Elles font revivre le traumatisme en permanence sans aucun contrôle cognitif ne soit apparemment possible. Dans notre travail de thèse nous soutenons l’idée que ces intrusions sont la conséquence d’une modification profonde des processus cognitif de contrôle chez les personnes civiles traumatisées de la guerre du Congo. Plus particulièrement, nous supposons que le processus susceptible d’être en cause dans l’absence de contrôle sur les images et les pensées serait un déficit du mécanisme d’inhibition cognitive. Afin de mettre nos hypothèse à l’épreuve nous avons construit différentes tâches composées pour chacune d’un matériel à valence « neutre » et d’un matériel à valence « traumatique, négative ». Ces tâches sont reconnues pour mesurer les capacités de contrôle cognitif. Il s’agit de la tâche de Stroop (Stroop, 1935), de la tâche d’Oubli dirigé (Bjork, Bjork, & Anderson, 1998), d’un matériel issus du paradigme DRM (Deese, 1959 ; Roediger, & McDermott, 1995) et R/K (Tulving, 1985) et enfin d’une épreuve de glissement de mémoire (Jacoby, 1991 ; Haye, & Jacoby, 1996, 1999 ; Guerdoux, 2009). Ces tâches ont été administrées à une première population de personnes civiles traumatisées de la guerre du Congo en comparaison à une population de personnes du Burkina-Faso non traumatisées. Nos résultats ont invalidé nos hypothèses quant à l’existence d’un déficit d’inhibition notamment en présence d’un matériel verbal émotionnel en lien avec les évènements traumatiques vécus. Les résultats de nos études militent pour un hypercontrôle et une hyperinhibition de tout matériel en lien avec le traumatisme. C’est pourquoi, nous tentons d’expliquer cet hypercontrôle comme le signe d’un refoulement émotionnel tel que défini par Freud (1926) ou bien encore le signe d’une dissociation psychique définie par Janet (1986, 1987).

  • Titre traduit

    The cognitive functions of control at the civils persons traumatized by the Congo War


  • Résumé

    The traumatized civil persons (PTSD) of the Congo War bring back numerous interventions of thoughts by images and scenes of the lived events. These interventions bring an important clinical suffering. They make relive the trauma permanently without any cognitive control is apparently possible. In our work of thesis we support the idea that these interventions are the consequences of a deep modification of the processes cognitive of control at the civil persons traumatized by the Congo War. More particularly, we suppose that the process susceptible to be involved (to be in question) in the absence of control over the images and the thoughts would be a deficit of the mechanism of cognitive inhibition. To put our hypothesis in the test we built various tasks consisted for each of a material with "neutral" valency and a material with "traumatic, negative" valency. These tasks are recognized to measure the capacities of cognitive control. It is about the task of Stroop (Stroop, 1935), of the task of directed Forgetting (Bjork, Bjork, & Anderson, 1996), of a material stemming of paradigm DRM (Deese, 1959; Roediger, & McDermott, 1995) and R/K (Tulving, 1985) and finally a memory–slip test (Jacoby, 1991; Hay, & Jacoby, 1996, 1999; Guerdoux, 2009). These tasks were administered to a first population of civil persons traumatized by the Congo War in comparison to a population of persons of the Burkina Faso not traumatized. Our results invalidated our hypotheses as for the existence of a deficit of inhibition in particular in the presence of an emotional verbal material in connection with the lived traumatic events. The results of our studies militate for a hypercontrol and a hyperinhibition of any material in connection with the trauma. That is why we try to explain this hypercontrol as the sign of an emotional expulsion such as defined by Freud (1926) or the sign of a psychic dissociation defined by Janet (1986, 1987).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.