Quand lire une parole c'est croire, analyse sémiotique des chapitres 27 et 28 de l'Évangile de Matthieu

par Serge Wüthrich

Thèse de doctorat en Études Grecques et Latines

Sous la direction de Élian Cuvillier.

Soutenue le 01-07-2011

à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; ....-2014) , en partenariat avec Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de montpellier (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Les objectifs de ce travail se situent à deux niveaux, l'un exégétique l'autre méthodologique.Sur le plan exégétique, les chapitres 27 et 28 de l'évangile de Matthieu sont analysés à l'aide du modèle sémiotique développé par Jacques Geninasca (Université de Zürich). Ce modèle s'inscrit dans le courant de la sémiotique « française », rassemblé autour des travaux de A.J. Greimas. Il se donne pour objet de construire la signification d'un texte dans un parcours interprétatifcompris comme un acte d'énonciation. La comparaison des résultats obtenus avec ceux produits par d'autres méthodes exégétiques (principalement l'approche historico-critique) permet d'évaluer la pertinence des procédures et des concepts introduits par Geninasca. Sur le plan méthodologique, un développement de ce modèle est proposé afin de prendre en charge le caractère particulier des textes étudiés. Depuis l'émergence des méthodes critiques d'analyse littéraire, une séparation existe entre les lectures dites savantes et celles que l'on qualifie de personnelles ou de lectures croyantes de la Bible. L'exégèse historique lit les textes en fonction de leur capacité référentielle à représenter la réalité qu'ils décrivent et le contexte qui les a vu naître : la rationalité qu'elle met en oeuvre a pour effet de détacher l'objet d'étude du lecteur. L'extension proposée du modèle de Geninasca a pour but de définir, dans le cadre d'une lecture sémiotique, une « saisie » et un « croire » aptes à décrire la dimension interpelante des récits bibliques.

  • Titre traduit

    When reading is believing, semiotic analysis of chapters 27 and 28 of the gospel of Matthew


  • Résumé

    Two goals have been pursued in this work : the first one deals with literary exegesis, the second one with methodology. On the exegetical side, chapters 27 and 28 of Matthew's Gospel are analyzed using a semiotic model developed by Jacques Geninasca (University of Zurich). This model fits into the French school of semiotics founded by A.J. Greimas. Itsaim is to build a text's meaning by an interpretive procedure understood as an act of enunciation. Comparison of results with those produced by other exegetical methods (mainly the historical-critical method) assesses the adequacyof the procedures and concepts introduced by Geninasca. On the methodological level, a development of the model is proposed in order to take into account the peculiar status of the texts studied. Since the use of critical methods in the biblical field, the so-called scholarly reading of the Scriptures is disconnected from the believer's reading. Historical exegesisreads texts according to their ability to represent reality and try to determine the context where they originated : the rationality behind this method detaches the object of study from the reader. The proposed extension to the Geninasca's model aims to define, within the framework of a semiotic reading, both a « saisie » and a « croire » fit to describe the interpellative dimension of the biblical stories.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.