Biographie et mythobiographie de soi : l'imaginaire de la souffrance dans l'écriture autobiographique

par Orazio Maria Valastro

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Martine Xiberras.

Le jury était composé de Martine Xiberras, Georges Bertin, Jean-Martin Rabot, Michel Maffesoli, Frédéric Monneyron.

Les rapporteurs étaient Georges Bertin, Jean-Martin Rabot.


  • Résumé

    La nouvelle géographie symbolique de la santé mentale en Italie, étayant une prise en charge du bien-être psychique et social de l’individu par lui-même et la communauté, pourvoit une recomposition de la relation du corps en souffrance avec le corps social. Le désir de la reliance nourrit ainsi la création esthétique de soi par l’art autobiographique de personnes ordinaires, dévoilant des sujets en souffrance confrontés avec une nouvelle présence à eux-mêmes, les autres et le monde. La triangulation et l’analyse d’un corpus autobiographique d’écritures déposées auprès de la Fondation Archive National Journal Intime (Pieve Santo Stefano, Arezzo-Italie), et le corpus d’images, textes et autobiographies, réalisées dans le cadres des activités des Ateliers de l’Imaginaire Autobiographique (Catania-Italie), soutiennent une compréhension approfondie du désir d’autobiographie. L’analyse des syntaxes sensibles et des formes de sensibilités et consciences poétiques et mythiques collectives, découvre un imaginaire nocturne synthétique et dramatique étayant des corps autobiographiques qui prennent sens et support métaphorique et symbolique. Une sociologie de l’écriture de soi questionne ainsi des formes spécifiques de textualisation de l’imaginaire symbolique et social, nous montrant une société souhaitant d’être révélée à elle-même par ses errances dans la quête mythobiographique, découvrant le sens de notre existence et de notre époque. L’objet social et culturel mythanalysé des écritures de soi en souffrance, nous questionne en dernière analyse au sujet des transformations du système symbolique et des mutations des valeurs sociales.

  • Titre traduit

    Biography and myth-biography of oneself : the imaginary of suffering in autobiographical writings


  • Résumé

    The new symbolic geography of mental health in Italy, which sustains the psychic and social well-being of the individual through himself and the community, also favors the restructuring of the relationship of the body in distress with the social body. The desire of reliance feeds the aesthetic self-creation, the art of autobiography practiced by ordinary people, revealing suffering persons in relation with a new presence to themselves, others and the world. The triangulation and analysis of a autobiographical corpus of writing stored at the Fondazione Nazionale Archivio Diaristico (Pieve Santo Stefano, Arezzo-Italia), and the corpus of images, texts and autobiographies, carried out during the activities of the Ateliers dell’Immaginario Autobiografico (Catania-Italia), support a deep comprehension of the desire of autobiography. The analysis of sensitive syntax, the forms of sensitiveness and of the poetical, mythic and collective consciousness, discovers a synthetic and dramatic nocturnal imagery, revealing autobiographic body which acquires meaning and metaphorical and symbolic support. Therefore a sociology of the self-writing questions the specific forms of textualization of the symbolic and social imagery, showing us a society which tries to show itself through its wanderings of autobiographic research, discovering the meaning of our existence and of our time. The social and cultural subject myth-analyzed of the self-writings in suffering questions us finally regards the transformation of the symbolic system and the changings of social values.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.