Leibniz et Hesse, existence et harmonie

par Caroline Jacquet

Thèse de doctorat en Philosophie - Etudes des systèmes

Sous la direction de Daniel Parrochia.

Soutenue le 06-06-2011

à Lyon 3 , dans le cadre de École doctorale de philosophie (Lyon) .

Le président du jury était Gérard Chazal.

Le jury était composé de Odile N'Guyen.

Les rapporteurs étaient Jean-Louis Labussière.


  • Résumé

    Nous avons souhaité, dans notre thèse, poursuivre et approfondir une étude de la pensée leibnizienne commencée en Maîtrise et en D.E.A. Nous plaçant à la frontière de la philosophie et de la littérature, nous nous sommes intéressé au point de vue d'un romancier leibnizien, Hermann Hesse (1877-1962), dont l'oeuvre imposante présente de multiples correspondances avec les théories leibniziennes. Nous avons construit notre étude autour des notions d’existence et d’harmonie, qui, dans la pensée de Hesse, comme, bien sûr, dans le système de Leibniz, sont des concepts fondamentaux. En mettant en lumière les différents thèmes leibniziens sous-jacents à la pensée poétique de Hesse, nous avons examiné le sens que prend la métaphysique de Leibniz dans un univers littéraire échappant, au premier abord, à la rationalisation.L’analyse des notions d’existence et d’harmonie nous a amené à définir les concepts, essentiels chez Leibniz, d’entr’expression et de communication, ainsi que ceux d’optimisme et de liberté. Dans l’univers leibnizien, univers "kaleidoscopique", lieu de concomitances et d’interactions multiples, l’individu, quoique déterminé dans son essence et se développant dans une forme d'autarcie, n’existe que par son inclusion dans l’ensemble du monde auquel il appartient. Nous avons essayé de montrer l'omniprésence des concepts leibniziens chez Hesse, qui conçoit le monde comme un tissu de correspondances et de résonances subtiles, gouvernées par l’immanence d’un Etre supérieur. Telle la monade leibnizienne, l’individu hessien recèle en lui-même une infinité de possibles, qu’il lui appartient d'explorer et de développer, pour acquérir son propre bonheur. La quête d’une certaine forme d'eudémonisme, qui constitue la base des interrogations fondamentales de l’œuvre hessienne, illustre sur un plan existentiel le thème leibnizien de l’optimisme. Chez Hesse, l’homme est à la recherche d’un art de vivre qui puisse lui procurer l'épanouissement de son être et la sérénité. Aspirant à un équilibre intérieur, à une communication avec le monde extérieur - et peut-être avec un principe divin - il recherche sa place au sein d'une harmonie universelle.

  • Titre traduit

    Existence and harmony in Leibniz and Hesse


  • Résumé

    The aim of this thesis, is to pursue and examine thoroughly the study of the leibnizian thought we began to process in our Mastership and D.E.A. Looking at the frontier between philosophy and literature, we develop the viewpoint of the leibnizian novelist, Hermann Hesse (1877-1962), whose impressive work offers numerous connections with leibnizian theory. We based our study on the main notions of existence and harmony, which are both important concepts in the works of Leibniz and Hesse. Throwing light on some underlying leibnizian subjects in Hessian poetic thought, we examine the impact of leibnizian metaphysics in the literary universe of Hesse, which, at first sight, escapes to rationality.Analysing the notions of existence and harmony in Hesse and Leibniz leads to define precisely some leibnizian concepts which are very essential ones : expression ( of bodies, minds, universe…), communication, conception of freedom, optimism. In the leibnizian universe, which is a "kaleidoscopic" one and a site where numerous interactions and concomitances take place, the individual, though being determined in his essence as a "monad", i.e. a completely self-sufficient entity, only exists by inclusion in the whole world it belongs to. We tried to reveal the omnipresence of a number of leibnizian concepts in Hesse, who conceives the world as a set of correlations and subtle resonances, governed by an immanent superior Being. Like the leibnizian monad, the hessian individual contains in himself infinite possibilities, which it is his own responsability to explore and develop, in the view of making the experience of happiness. The search for a kind of eudemonism, which constitutes a basic question in the hessian work, is also an existential instanciation of the philosophical concept of optimism, a leibnizian subject. In Hesse's work, man is in search of an art of living, which can make him get self-fulfilment and absolute serenity. Longing for a mental balance, and for a true communication with the outer world – maybe with some divine principle – he is searching his niche in life, in its universal harmony.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.