L'utopie dans la littérature française de l'aube du classicisme à l'aube des lumières

par Ilinca Bartha

Thèse de doctorat en Langue et Littérature françaises

Sous la direction de Olivier Leplâtre et de Jean-Pierre Landry.

Soutenue le 21-04-2011

à Lyon 3, dans le cadre de École doctorale Lettres, Langues, Linguistique et arts (Lyon).

Le jury était composé de Jean-Pierre Landry.

Les rapporteurs étaient Anthony Mckenna, Joël Thomas.


  • Résumé

    Complexe et mystérieuse, l’utopie représente sans doute l’une des notions dont la longue carrière dans l’histoire de la pensée et de la culture humaines est incontestable. Compte tenu de cette grande richesse conceptuelle, notre analyse de l’utopie dans la littérature française de l’aube du classicisme à l’aube des Lumières commence par l’esquisse du cadre théorique de l’utopie, à partir du mot lui-même, des multiples significations qu’il a reçues au long du temps et par la mise en évidence des deux paradigmes qui le caractérisent, à savoir un paradigme théorique et un paradigme littéraire. Tout en suivant l’origine et les métamorphoses du concept d’utopie jusqu’à son évolution vers un genre littéraire particulier, nous nous sommes arrêtée sur un corpus de textes qui témoignent, à notre avis, à la fois de la consécration, de la maturité et de l’élasticité du genre utopique, il s’agit des deux romans de Cyrano de Bergerac, Les États et Empires de la Lune et du Soleil, du roman de Gabriel de Foigny, La Terre australe connue, des Aventures de Télémaque de Fénelon et des trois pièces de Marivaux, L’île des esclaves, L’île de la raison et La Colonie. À la lumière de la signification duale du terme créé par More, à savoir celle de lieu de nulle part (« ou-topos »), mais aussi celle de lieu de bonheur (« eu-topos »), nous avons divisé notre étude en deux grandes parties, l’une consacrée à l’analyse de l’espace utopique et l’autre à l’analyse de la société utopique. Plurivalent et hétérogène, l’espace utopique suit, dans chacun des ouvrages analysés, quelques principes généraux tels que l’insularité, l’altérité et l’isolement, tout en prenant, en même temps, des configurations à part, ce qui témoigne à la fois de l’identité particulière de chaque œuvre choisie et du réseau de significations qui se tisse entre elles. L’analyse de la société utopique est elle aussi une source extrêmement riche d’observations et de conclusions et s’appuie sur trois coordonnées majeures : l’altérité de la société utopique, sa nature idéale et sa critique implicite de la société humaine. Derrière ces piliers théoriques, nous retrouvons la description effective de la société utopique, avec le portrait de l’Utopien, le procès de l’homme et de nombreux aspects économiques, politiques et organisationnels qui caractérisent toute communauté.

  • Titre traduit

    Utopia in French literature from the dawn of the classicism to the dawn of the enlightment


  • Résumé

    Complex and mysterious, utopia has undoubtedly been one of the concepts whose long career in the history of human thinking and culture has been undeniable. Having in view this conceptual legacy our analysis of utopia in the French literature from the beginning of Classicism to the beginning of the Enlightment starts with the description of the theoretical background of utopia, with the word, as such, and the various significances that it has received along the time and with the presentation of the two paradigms characterizing it, the theoretical and the literary paradigm. From the origin and the metamorphoses of the concept of utopia down to its evolution towards a literary genre in itself we have approached a corpus of texts that demonstrate once and again the consecration, the maturity and the elasticity of the utopian genre, in the two novels of Cyrano de Bergerac, Les États et Empires de la Lune et du Soleil, the novel of Gabriel de Foigny, La Terre australe connue, the Aventures de Télémaque by Fénelon and the three plays by Marivaux, L’île des esclaves, L’île de la raison et La Colonie. In the light of the dual significance of the term created by More, that of a place of nowhere (« ou-topos »), but also that of a place of happiness (« eu-topos »), we have divided the paper into two big parts, one devoted to the analysis of the utopian space and the other to the analysis of the utopian society. Plurivalent and heterogeneous, the utopian space pursues, in every work analyzed, some general principles such as the insularity, the otherness and the isolation, and, at the same time, all of them acquire special configurations which proves both the particular identity of the work chosen and the web of significances that binds them. The analysis of the utopian society is in itself a rich source of observations and conclusions and relies on three major coordinates: the otherness of the utopian society, its ideal nature and its implicit scrutiny of the human society. Behind these theoretical pillars we discover the actual description of the utopian society, with the portrait of the Utopian being, the trial of the human being, and the numerous economic, political and organizational aspects that characterize the entire community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.