La construction identitaire de l’homme violent

par Anne-marie Ghossain

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Raja Makki et de Annik Houel.

Soutenue le 17-11-2011

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Groupe de recherche en psychologie sociale (laboratoire) .

Le président du jury était Gérard Neyrand.

Le jury était composé de Abdelhafid Hammouche.

Les rapporteurs étaient Abdelhafid Hammouche.


  • Résumé

    Cette recherche qualitative et exploratoire porte sur la construction identitaire de l’homme marié violent au Liban. Elle s’appuie notamment sur les discours de l’homme violent et de la femme violentée (récits de vie, interrogatoires juridiques, questionnaires) et aussi sur le discours de personnes-ressources non violentes. La construction identitaire de l’homme violent au Liban est liée au système patriarcal fortement ancré dans la culture, les institutions et la vie des Libanais. L’homme évolue en fonction de 3 prototypes :- masculin : dominant, pourvoyeur, protecteur, agressif- féminin : soumise, femme au foyer, disponible, douce- du couple : verrouillage des autres prototypes dans une complémentarité sexisteLa violence masculine traduit la place de l’homme dans le couple (violences symboliques et violences spontanées), elle traduit aussi sa volonté de conserver l’ordre patriarcal dans la famille car toute évolution des prototypes notamment celui de la femme est sentie par l’homme comme une menace contre sa masculinité (violences interactionnelles). La violence est accentuée car le Liban évolue sous l’empire de stress, ce qui met les rôles patriarcaux en question en permanence. La trajectoire identitaire de l’homme violent libanais montre qu’il a un père autoritaire et sévère, parfois faible. Sa mère pourrait être envahissante, absente ou ambivalente. Du point de vue couple l’homme violent cherche le couple fusionnel car il traduit parfaitement la complémentarité patriarcale sexiste. L’ordre social patriarcal libanais est en perpétuelle reproduction engendrant des hommes sexistes prêts à devenir violents. La femme est encerclée par la violence même, sa honte d’être femme battue et/ou femme divorcée, mais aussi à cause du tiers d’idéologie sexiste : parents, amis, société, institutions concernées. La lutte contre la violence conjugale au Liban doit être totale : contre la violence, les inégalités de genre et la culture patriarcale.

  • Titre traduit

    The construction of the identity of violent man


  • Résumé

    This qualitative and exploratory research is about the construction of the identity of the violent married man in Lebanon. It is based on different sources, the violent man, the battered woman discourse (biography, court records, and questionnaires) and the discourse of non-violent resource-person. The construction of the identity of the violent man in Lebanon is related to the patriarchal system which is strongly anchored in the culture, institution and life of the Lebanese. In this environment man evolves into three prototypes:- The masculine: dominant, protector, provider, aggressive.- The feminine: submissive, housewife, available, soft.- The couple: the clamping of the two other prototypes in one complementary sexist relationship.The masculine violence can reflect the man’s place in the couple (symbolic violence, spontaneous violence), and can also show the willingness to conserve the patriarchal order in the family because every evolution of prototypes especially the women’s role is felt by man as a threat against his masculinity (interaction violence). Violence is accentuated because Lebanon is a society under stress, which permanently distorts the masculine image. The identity trajectory of the Lebanese violent man shows that he has an authoritarian and severe father figure, or a feeble one. His mother can be overbearing, absent or ambivalent. Concerning the couple, the violent man searches for the fusional couple because it reflects perfectly the sexist patriarchal complementarity. The Lebanese social patriarchal order is in perpetual reproduction generating sexist man ready to become violent. The woman is surrounded by violence, and shame feeling of being a battered woman and/or divorced woman, and because of the others that are sexist: parents, friends, society institutions and concerned responsible. The struggle against violence can only be total: it must be against violence, gender inequality and against patriarchal society.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.