Les verbes à complément attributif en français et en arabe et leurs traductions

par Hanadi Al Yafi

Thèse de doctorat en Lexicologie et terminologie multilingues. Traduction

Sous la direction de Joseph Dichy.

Le président du jury était Xavier Lelubre.

Le jury était composé de Mohamed Hassoun, Loubana Mouchaweh.

Les rapporteurs étaient Mohamed Hassoun, Loubana Mouchaweh.


  • Résumé

    La présente thèse relève à la fois de la linguistique et de la traduction. La traduction fait apparaître les similitudes et les différences sémantiques et syntaxiques entre les systèmes langagiers de la langue de départ et la langue d’arrivée. La traduction des verbes à compléments attributifs exige une connaissance approfondie de leur grammaire et de la syntaxe de leurs constructions. Une étude descriptive séparée de chaque langue présente un schéma syntaxique de ces verbes en français et en arabe. Cette thèse examine dans la dernière partie le cas du verbe kāna, verbe très important et de haute fréquence parmi les verbes à compléments attributifs étudiés. L’analyse portait sur le texte coranique. Une approche comparative montre que les équivalents de « kāna + préposition » trouvés dans la traduction de Blachère ne correspondent pas aux équivalents donnés par les dictionnaires et qu’il était impossible de traduire un verbe en se contentant de recourir à ces derniers, qui ne nous donnent pas toujours un équivalent parfait du verbe étudié et ne recouvrent pas tous les contextes possibles. En tant qu’exposant temporel ou verbe d’état, le verbe kāna doit être traduit d’après des indices contextuels (les marqueurs de la négation, modalités, préposition, …). Cette analyse indique clairement que le contexte immédiat et médiat du verbe joue un rôle primordial dans sa traduction comme on peut le voir avec le verbe kāna illustré par des exemples tirés du texte coranique.

  • Titre traduit

    The verbs with attributive complement in french and in arabic and their translations


  • Résumé

    This thesis pertains to both linguistics and translation studies. Translating from one language to another presents semantic and syntactic similarities and differences between Arabic and French. The translation of verbs with attributive complement demands a very good understanding of the grammar and of the syntactic constructions of the phrases containing these verbs. Separate studies of Arabic and French show a syntactical pattern of their verbs with attributive complement. This thesis also analyzes the use of the extremely important verb, kāna, the most frequently used between the Arabic verbs with an attribute studied in the corpus. We analysed its uses in the Coran. A close comparison shows that the equivalents of " kāna + preposition " that Blachère gives in his translation do not match with those found in dictionaries. In fact, translating this verb only with the definitions found in dictionaries is impossible. A dictionary as a single source will never be sufficient in the realm of translation. As a temporal exponent or a state verb, kāna must be translated by using contextual clues including (negation marker, modality, prepositions, …). This analysis clearly indicates that both direct and indirect contexts of a verb play an essential role in its translation. The verb, kāna, with its examples from the Coran documents this principle.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.