Incidence de la déficience visuelle sur l’estime de soi : étude comparative du complexe d’infériorité chez des sujets malvoyants syriens et français

par Ansab Charrouf

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Serge Portalier.

Soutenue le 05-09-2011

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Santé - Individu - Société (laboratoire) .

Le président du jury était René Pry.

Le jury était composé de Marjorie Poussin.

Les rapporteurs étaient Adriano Brandao.


  • Résumé

    L’objectif de cette recherche est d’étudier l’incidence de la déficience visuelle sur l’estime de soi. Nous proposons une approche théorique de la théorie d’Alfred Adler « le complexe d’infériorité » afin d’étudier l’existence possible d’un complexe d’infériorité chez un malvoyant en raison de son infériorité organique. Grâce à l’approche de la psychologie interculturelle, cette recherche étudie les effets que la culture peut avoir sur l’estime de soi des malvoyants.Nous faisons l’hypothèse que la déficience visuelle a un effet négatif sur l’estime de soi, que les déficients visuels auraient un manque notable d’estime de soi, et que cela peut, parfois, se traduire par un complexe d’infériorité.Nous faisons également l’hypothèse que la variable culturelle représentée, en particulier, par les moyens qui favorisent l’autonomie et le regard de la société, joue un rôle important dans l’estime de soi des malvoyants.Les sujets de cette étude sont représentent 68 personnes malvoyantes et 112 personnes voyantes d’un âge moyen de 36 ans. L’Echelle Toulousaine de l’Estime de Soi a été utilisée pour mesurer l’estime de soi globale qui regroupe cinq domaines du soi.Les résultats révèlent un manque d’estime de soi chez les sujets malvoyants. Ils ne montrent pas de différences en ce qui concerne le sexe, ni la culture.Enfin, une approche clinique approfondie des études de cas confirme la théorie du complexe d’infériorité ; cette étude révèle, également, qu’un sentiment d’infériorité peut exister chez les malvoyants à cause de leur handicap.

  • Titre traduit

    Impact of visual impairment on self-esteem : comparative study of the inferiority complex in subjects blind Syrian and French


  • Résumé

    The purpose of this research is to study the influence of visual impairment on the self-esteem. We propose a theoretical approach to the theory of Alfred Adler « the inferiority complex » in order to study the possible existence of an inferiority complex in the individuals with visual impairments because of their organic inferiority. In an approach to Cross-Cultural psychology, this research studies the effects which culture can have on the self-esteem of the visually impaired.Our hypothesis suggests that visual impairment has a negative effect on the self-esteem. That visually impaired would have a significant less self-esteem and that can, sometimes, to result in a inferiority complex. We also make the hypothesis that the cultural variable represented, in particular, by the means which support the autonomy and the glance of the society, plays an important role in self-esteem of the visually impaired.The subjects in this study consist of 68 visually impaired subjects and 112 subjects with normal vision (mean age = 36 years). The Toulouse Scale of Self-Esteem was used to measure the general self-esteem which gathers five fields of self-esteem.The results reveal a less self-esteem in blind subjects. They show no differences on this subject between the sexes, or between cultures. Finally, a clinical approach of clinical case study supports the theory of inferiority complex. It shows a feeling of inferiority that may exist among the visually impaired because of disability.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.